[Alt-Text] [Alt-Text]
Zinfos 974
​Au Guillaume, on se moque des habitants …

Le 11/03/2019 | Par Hubert | Lu 859

Je vous écris, car j’habite le Guillaume et je tiens à vous signaler la situation désastreuse du village du Guillaume, autrefois joli village des Hauts.

Depuis deux ans des travaux ont été réalisés sur les chaussées, rien n’est fini, les bouches d’égouts et certaines trappes d’Orange bougent toujours ou dépassent au-dessus de la chaussée.

Certains trottoirs ne sont pas recouverts.

Le centre du village est devenu une annexe du PORT, avec des immeubles qui surplombent la route principale, quelle joie pour les futurs habitants …

Aucun espace vert n’a été prévu, l’aire de jeux devant l’école est devenue un parking minable. Sur la route principale Il y avait une bordure d’Agapanthes, qui au Printemps austral faisait la joie des habitants et des touristes : disparue sous le bitumes. A côté de cela des tas de gravats décorent le village, quelle honte.

Parcours sportif, n’y pensons pas, ce n’est pas pour nous … Nous sommes des YAB !

Par contre plus bas, devant la cité scolaire privée de l’évêché (Maison Blanche) la route, les trottoirs et le reste ont été faits en 6 mois, le département a même payé une nouvelle clôture (je ne savais pas que le service des route faisait gratuitement les clôtures des riverains !)

Et tout ça pourquoi, pour rien, car le collège et le lycée n’entretiennent rien, ce sont des cadeaux qui lui sont faits : il suffit de regarder le bassin de rétention de crue installée face à l’entrée : les grillages sont remplis de lianes, l’intérieur n’a jamais été nettoyé, si un cyclone arrive, il ne servira à rien ce bassin, plus bas au pied du chemin rural qui passe au milieu du cannes, c’est pareil, un bassin se cache sous des lianes, enterré littéralement.

Tout le monde pleurera après le prochain cyclone, manifestement ce n’est ni le souci du Département, ni celui de la Commune …

ET dire que le Guillaume et la Petite France forment une Porte d’entrée du Parc National, permettant d’accéder au deuxième site touristique naturel de l’Ile : le Maido ; c’est à pleurer ; de jour en jour le paysage des Hauts se dégrade et l’invasion du béton se répand partout, sans aucune retenue.


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :