[Alt-Text] [Alt-Text]
Zinfos 974
▶️ [Pierrot Dupuy] Le tabac coûte beaucoup plus cher à la collectivité qu’il ne lui rapporte

Le 06/03/2019 | Par Pierrot Dupuy | Lu 1576


▶️ [Pierrot Dupuy] Le tabac coûte beaucoup plus cher à la collectivité qu’il ne lui rapporte

Je voudrais ce matin m’attaquer à un mythe. Quand vous suggérez à un fumeur d’arrêter de fumer, pour son bien, il y en a beaucoup qui vous répondent : « Je fais ce que je veux. Si j’ai envie de mourir, c’est mon problème. De toutes façons, il faut bien mourir de quelque chose un jour ».
 
Sauf que, pour en avoir été personnellement témoin, mourir de sa belle mort dans son lit ou mourir dans d’atroces souffrances dans un lit d’hôpital, ce n’est pas la même chose.
 
Le gouvernement cherche des moyens pour diminuer la consommation de tabac. Au lieu d’engager de coûteuses campagnes de sensibilisation, il serait à moins sens moins onéreux et bien plus efficace d’organiser pour les fumeurs des visites des services d’oncologie dans les hôpitaux. Ça devrait en calmer plus d’un.
 
Un autre argument qu’on entend souvent, c’est : « Avec ce que l’État prélève comme taxes, il est largement gagnant ».
 
Faux ! Le tabac coûte beaucoup plus cher à la collectivité qu’il ne lui rapporte : 12 milliards de recettes contre 130 milliards de dépenses de santé et de coûts indirects.
 
Car les dépenses de santé ne sont qu’une petite partie de ce coûte le tabagisme à la société. Selon une étude publiée en décembre 2015, ce coût est de 120 milliards d'euros par an. Après calcul, cela représente pour chaque Français adulte, un impôt annuel indirect de près de 2.400 euros pour financer les dépenses liées au tabagisme !
 
La prise en charge des patients malades à cause du tabac coûte 25 milliards d'euros par an en hospitalisations, en soins et en médicaments. Par exemple, le tabac est responsable de 85% des cancers du poumon en France mais ce n'est pas ce qui coûte le plus cher à la Sécurité sociale.
 
Le coût le plus important concerne toutes les maladies "chroniques" liées au tabac comme certaines maladies cardiovasculaires, comme l’hypertension ou les maladies respiratoires qui entraînent une obstruction progressive des voies respiratoires et qui oblige parfois les patients à vivre pendant des années avec une assistance en oxygène.
 
Le tabac est responsable d'un décès sur sept en France et ces décès ont bien évidemment un coût pour la collectivité, ne serait-ce qu’au travers de la richesse dont la société se prive à cause de ces années de vie perdues.
 
Entre les décès prématurés, la perte de qualité de vie des fumeurs qui tombent malades et les pertes de production que cela entraîne pour les entreprises qui les emploient, le coût est estimé à 105 milliards d'euros par an.
 
Parallèlement, et c’est ce que mettent en avant les fumeurs, le tabac rapporte aussi de l'argent à l'Etat. C’est en effet l'un des produits les plus taxés. Quand vous achetez un paquet de cigarettes, 80% de la somme va directement dans les caisses de l'Etat. Dans la partie "recettes", si on peut dire, on peut aussi comptabiliser les économies réalisées sur les retraites qui ne sont pas versées aux fumeurs décédés trop tôt. Et quand on additionne tout, on arrive à un total de 12 milliards d'euros.
 
Quand on compare aux 25 milliards d'euros de dépenses de santé, et aux 105 milliards de dépenses indirectes, on se rend bien compte que le tabac coûte beaucoup plus cher à la collectivité qu'il ne rapporte.
 
Les seuls gagnants, jusqu’à maintenant, étaient les vendeurs de tabac. C’est pourquoi on ne peut que se réjouir de la récente décision, c’était le 1er mars dernier, de la cour d’appel du Québec qui a confirmé la condamnation de trois fabricants de cigarettes à verser plus de 10 milliards d’euros de dommages et intérêts à plus d’un million de Québécois, dont certains fumaient depuis les années 60.
 
La fin du tabac arrivera probablement le jour où ces fabricants de mort seront tellement lourdement condamnés dans tous les pays du monde qu’il ne sera plus rentable pour eux de fabriquer et de vendre des cigarettes.


Commentaires (9)
1. zoreil sensible le 06/03/2019 11:48
Le bruit coûte 800 euros par an par habitant selon l'ADEM. (57 milliards d'euros par an en France en 2016), on ne peut pas dire que la Réunion échappe à ce fléau. C'est pas négligeable aussi, et le bruit est un peu comme une drogue, certains en sont addicts, et comme pour le tabagisme, on l'impose à d'autres qu'ils le veuille où non, et chez tous, ça a des effets parfois graves sur la santé qui coûtent cher.
Outre la pollution sonore touchant des dizaines de milliers d'habitants qui sont survolés par les hélico et aéronefs touristiques, La non garantie de disposer du calme propre aux espaces montagneux durant une randonnée ou un séjour, caractéristique principale des Parcs Nationaux dans le monde, a peut être aussi privé l'île de la Réunion de nombreux touristes, en tout cas a retiré tout aspect positif qu'aurait pu avoir le Parc en retirant précisément sa clientèle: ceux qui viennent pour pas seulement voir un paysage et qui osent le voyage et la dépense si le ressenti de quiétude est garanti. Ressenti qui ne peut exister à cause de l'irruption à quelques minutes d'intervalle d'hélicoptères, avions ou ULM dans les hauts de la Réunion: il serait temps de chiffrer le réel bilan du tourisme par hélicoptère et du laisser-aller généralisé quant au déni du code de la santé publique à propos des chiens en cages ou tapages divers: il y a sans doute un peu plus à y gagner là que sur des centimes de gazoil....
2. BRADLEY le 06/03/2019 11:56
Il y a 75000 morts en France chaque année liée à la consommation de tabac
Autant de retraite à ne pas verser par l'Etat donc bénéfice
80% du prix du paquet va à l'état sous forme de taxes donc bénéfice
Et 75000 morts autant de prestations sociales à ne plus verser donc bénéfice
Et régulation si l'on peut dire naturelle de la population
Alors avec 610.000 personnes décédées en France par an tout confondu que l'on ne vienne
pas dire que l'Etat, n'engrange pas de l'argent même si chaque mort à un coût.
3. p.mass le 06/03/2019 12:56
Et l'alcool ?

on focalise sur la cigarette mais l'alcoolisme n'est il pas plus dangereux que le tabagisme ?


4. Mougeon le 06/03/2019 14:59
Bein faut l''interdire comme le cannabis
Et ouvrir des maisons closes pour remplacer
Un tabac ferme,un bordel ouvert a la place
Y aura baucoup moin de cancer,des poumons,de la prostate etc...
Hoo comme j''ai eu une bonne idee!!! Hi hi
5. klod le 06/03/2019 15:28
t'as pas une clope , mon ami ?
6. kersauson de (p.) le 06/03/2019 16:04
et l alcool aussi
7. jean claude le 07/03/2019 10:08
tout n est pas mauvais si l ont restent raisonnable

un peu de vin

clopes par jour

ca n'a jamais tuer personne mais ce que nous mangeons actuellement est responsable de 50/100 des cancers

il faut vivre et ne pas tous interdire car nous allons vivre un monde de merde

un salaire universelle juste pour manger
vivre dans des boites de sardines
des soins tres discutable

bref c est ca que vous voulez???
8. Romain le 07/03/2019 11:16
Mouai.....

Mais si dès le départ l'état avait fait son boulot de protection et que les cigarettes qu on nous vend n'étaient pas boostées en Nicotine, si l'état n avait pas créé une interdiction de faire pousser son propre tabac tout en laissant ceux ayant le monopole de la distribution nous empoisonner.....
L'état distribuait gratuitement des cigarettes lors du service militaire français, l'état a tout fait pour rendre les gens dépendants et à laissé les industriels nous empoisonner plus que ne l'aurait fait un tabac moins traité.... Donc bon...
9. Jean Le Monstre le 07/03/2019 14:26
Tout revient trop cher :
- l'automobile (morts, blessés, dépressifs ...)
- l'alcool (morts, blessés, dépressifs ...)
- la drogue (morts, blessés, dépressifs ...)
- le tabac (morts, blessés, dépressifs ...)
- la contrebande (morts, blessés, dépressifs ...)
- la baise (morts, blessés, dépressifs ...)
- etc.
Mais ce sont les paradis de ceux qui n'ont pas d'autre moyen !
Moi, je ne cesserai de fumer que
- quand les paradis fiscaux n'existeront plus
- quand le chômage sera hors la loi
- quand les salaires s'étendront de 1 à 5.
Nouveau commentaire :