[Alt-Text] [Alt-Text]
Zinfos 974
Annick Girardin à Mayotte: "C’est une manipulation politique" selon le collectif Ré-Ma

Le 12/03/2018 | Par Prisca Bigot - Charline Bakowski | Lu 2866

Mayotte connaît de sérieux problèmes d’insécurité et est en grève générale depuis le 20 février dernier. Pour montrer son soutien, la ministre des Outre-mer, Annick Girardin, est arrivée ce lundi sur l’île. Une venue mal perçue par les Mahorais et leurs représentants aussi bien sur place qu'à La Réunion, comme l'exprime le collectif Ré-Ma (Réunion-Mayotte).

Amina Lihadji précise que "les Mahorais n’ont rien contre les étrangers". Pour elle, les Mahorais sont au contraire victimes des manipulations aussi bien du gouvernement comorien que français et sont ainsi pris en otage entre les deux gouvernements.
 
Les actions de la ministre des Outre-mer, Annick Girardin, n’ont jamais montré de quelconques évolutions pour la situation de Mayotte, au contraire ses "interventions ont été humiliantes". C’est pourquoi son arrivée ce lundi sur l’île est loin de faire l’unanimité chez les Mahorais, qu’ils soient présents à Mayotte ou ailleurs.
 
"Elle décide de se rendre à Petite Terre, alors que les barrages ont toujours eu lieu à Grande Terre. Elle va là où elle risque de ne pas être mal reçue", explique Amina Lihadji, représentante du collectif Ré-Ma. Pour elle, sa venue est une "mise en scène et une manipulation politique".
 

Annick Girardin à Mayotte: "C’est une manipulation politique" selon le collectif Ré-Ma
"La situation n’est plus possible"
 
Amina Lihadji a précisé qu’un prochain rassemblement aura lieu le 24 mars prochain à la Préfecture de Saint-Denis. Elle précise que "ce n’est pas un mouvement contre les Comoriens, mais un mouvement pour soutenir Mayotte".
 
Ce qu’ils souhaitent, c’est avant tout rétablir la sécurité sur les côtes mahoraises. Eviter et régulariser l’arrivée massive d’étrangers et enlever le droit du sol, qui selon Amina Lihadji "tue Mayotte".


Commentaires (13)
1. JORI le 12/03/2018 17:38
Si la Amina Lihadji n'est pas contente pourquoi ne va t elle pas à Mayotte soutenir les mahorais??. Ah oui, c'est vrai, elle ne va là où il n'y a aucun risque, soit rester à la Réunion. Ce mouvement est une "mise en scène et une manipulation politique".
2. Droit du sol le 12/03/2018 17:49
Si on comprend bien cette dame qui a l'air très énervée, l'appel à manifester samedi 24 mars, c'est pour la suppression du "droit du sol" ! M. Ratenon, député insoumis cautionne ça ?
3. agissements 0 le 12/03/2018 18:04
arrete pleurer fait avance zot pays par vous meme comme l ile maurice.Quels complots des gouvernements ,vous ne voulez pas aidez vos cousins comoriens vous -voulez tous pour vous ,l'école,rsa,assitante sociale,hopital, logements etc...Prenez ratenon comme votre président de la république.b[
4. Nassimah ? le 12/03/2018 18:55
Nassimah tjrs absente ? Elle fait les magasins et il ne faut pas la déranger. Villa minimum 500000 euros achète 130 000 euros. Circulez à rien à voir.
5. CITOYEN le 12/03/2018 18:57
IL FAUT METTRE FIN AU DROIT DU SOL TEL QU IL EXISTE ACTUELLEMENT QUELQU UN QUI VIENT METTRE AU MONDE UN ENFANT POUR OBTENIR LA NATIONALITÉ DU PAYS C EST UNE ABERRATION QU ATTENDENT NOS DÉPUTÉS POUR FAIRE SUPPRIMER CETTE ANOMALIE QU IMPORTE LE PAYS OU ON VOIT LE JOUR LA NATIONALITÉ DES PARENTS EST AUTOMATIQUE .
6. Kwélo le 12/03/2018 19:07
@posté 3 par agissements 0.
Montrez l’exemple aux mahorais : faites avancer la Réunion par les réunionnais comme l’ile Maurice. Ce n’est pas à Mayotte d’aider les comoriens. Les autorités comoriennes servent à quoi ?
7. Merlu le 12/03/2018 19:42
Vous commencez par nous pomper l'air , ce qu'il faut c'est supprimer LE DROIT DU SOL
Et même aller plus loin rendre Mayotte aux Comoriens ils sont frêres de sang qu'ils s' arrangent
entre eux on en peut plus , il va y avoir la guerre à la Réunion si ça continue et il se fera la chasse
au Mahorais on vous aura prévenus . Faites quelque chose car il va y avoir des drames et ça sera
de votre faute ATTENTION.
8. Simandèf le 12/03/2018 19:48
C'est dommage que les mahorais ne sont pas aussi tolérant que les réunionnais envers les migrants. Au bout du compte rendre Mayotte aux Comores serait la solution et ferait moins de morts cela apaiserait les tensions car on se dirige vers une guerre civile, on ne sait plus qui tape qui et pourquoi.
9. Yas le 12/03/2018 20:04
À Simandèf.
Avec 58 faux athlètes comoriens, j’ai vu la tolérance des réunionnais sur les réseaux sociaux. Je te signale qu’à Mayotte ce n’est pas 58 clandestins. C’est plus de 100.000. Le seuil de tolérance est dépassé.
10. David le 12/03/2018 20:52
Coupe la CAF après na voir bandes fraudeurs a moin paye zimpot pou zot mi na mare c zot y envahit partout et zot veut pas personne y vient dans zot île fê rien que zenfant batard
11. Marc le 12/03/2018 21:20
Je rappelle qu'au sens strict, le droit du sol n'existe pas en France...

Pour rappel, si les parents ne sont pas français, il faut:

- être né en France de parents nés en France, auquel cas l'enfant est français dès sa naissance
- être né en France, avoir 18 ans, résider en France au moment de ses 18 ans et avoir résidé au moins 5 ans en France entre ses 11 et ses 18 ans. L'acquisition est alors automatique.
- être né en France, avoir 16 ans, résider en France au moment de ses 16 ans et avoir résidé en France au moins 5 ans depuis ses 11 ans (donc y avoir résidé en permanence, en somme). L'acquisition peut alors être acquise "en avance" sur le dispositif précédent mais il faut la réclamer.
- être né en France, avoir entre 13 et 16 ans et y réside habituellement en France de manière ininterrompue depuis ses 8 ans. L'acquisition de la nationalité française peut alors se faire "en avance".

En d'autres termes, il s'agit d'un vrai parcours du combattant où il faut prouver un grand nombre de conditions.
12. paulux le 12/03/2018 23:56
en réponse à Marc: votre exposé est exact en droit. En fait une femme qui a un enfant dont elle a accouché en territoire français ne peut être expulsée. Donc elle reste et va solliciter tous les minima sociaux possibles et devenir une hôte possible pour sa famille. Son enfant grandira donc dans un département français de façon ininterrompue et se trouvera en situation d'obtenir la nationalité.
13. Florac le 13/03/2018 11:28
Mayotte est un joli pays, mais voilà la situation n'évolue pas politiquement, on préfère taxer et manipuler les gents, donc c'est toujours au même mot et désire !
C'est aux Mahorais de décider de leurs sentiments de rester français ou pas ?
Nouveau commentaire :