[Alt-Text] [Alt-Text]
Zinfos 974
Après la disparition de Valérie Bénard…

Le 12/02/2018 | Par Zinfos974 | Lu 1047

A toi, mon cher Jean-Claude, à toi que j’ai connu à l’époque où nous partagions déjà la même passion pour le Sport et en ces temps où, encore gamins, nous nous régalions de jouer dans les rues et ruelles du quartier où nous habitions pas loin de l’église Jeanne d’Arc du Port, à toi je veux dire aujourd’hui toute ma sympathie au moment où nous avons dit adieu à Valérie, ta grande fille.

Valérie, je ne l’ai pas connue personnellement, si ce n’est en lisant dans la presse locale chacun des compte-rendu des batailles sociales qu’elle a menées avec foi et passion. Et puis, lors de séances publiques de l’Ecole de la 2ème Chance auxquelles j’ai été convié, j’ai pu entendre tout le bien que pensaient d’elle ceux et celles pour lesquelles elle avait su ancrer dans l’avenir le Conseil Régional dont elle était une élue fortement engagée.
Perdre une enfant est, je ne le sais pas mais je le ressens fortement, une épreuve difficile à surmonter. Je suis de tout cœur avec toi. Il te faudra trouver la force nécessaire pour accepter de voir que la vie doit se poursuivre et que l’image et l’exemple que Valérie laisse vont aider d’autres à continuer le rude combat de notre émancipation, son combat…
 
Mon cher Jean-Claude, j’ai aussi une pensée particulière pour ta mère, Madame Rosanne Bénard. Pour une grand-mère qui a fêté il y a quatre mois ses 98 ans et qui passe les dernières années de sa vie en maison de retraite, cela doit être extrêmement pénible de vivre une telle réalité. Je lui ai rendu visite ce dimanche à l’Ephad Marie Françoise Dupuis, à La Saline. Elle m’a confié, en contenant difficilement ses larmes, tout ce que Valérie a appris avec elle lorsque, sur ses genoux, elle lui racontait alors les périodes de vie du temps longtemps. Elle a voulu assister à la cérémonie mortuaire à Prima, pour être elle aussi tout prêt de sa petite-fille à l’heure du dernier adieu. Comment ne pas saluer une telle force de caractère….
 
Et puis, je voudrais, dans ce petit mot, me rappeler combien Madame Shénaz Bagot appréciait Valérie. Je l’entendais, lors des rencontres de l’Ecole de la 2ème Chance dont elle est Présidente-fondatrice, souligner le rôle fort joué par ta fille au titre du Conseil Régional et aussi à titre personnel, tant elle avait le souci du dévouement pour son pays et sa population. En privé, Madame Bagot m’en a souvent parlé.
 
Oui, Valérie a été une militante qui avait encore beaucoup de choses à faire. La remplacer ne sera pas chose aisée.
 
Mon cher Jean-Claude, en ces circonstances où il te faut et où il nous faut surmonter l’insurmontable, je voulais te dire mon amitié et toute ma sympathie. Courage à toi et à ceux et celles qui sont autour de toi. Vous saurez trouver au fond de vous-même la Foi et la Force dont nous sommes tous capables, surtout lorsque l’épreuve est difficile.
 
Raymond Lauret


Commentaires (17)
1. Marie le 12/02/2018 09:11
bel hommage!
2. Bel hommage le 12/02/2018 10:34
Bel hommage.
3. citoyen le 12/02/2018 12:44
Si Valérie avait des qualités, elle l'a surtout appris en côtoyant les travailleuses familiales de l'arfuts où précédemment en 1963 son grand père Jules (et les Inspecteurs de la DDAS) avait fortement investi pour l'évolution de ces professionnelles qui intervenaient particulièrement , et faisaient même mieux que les A.S de l'époque, auprès des personnes nécessiteuses sur ce département en déconfiture dans le domaine social...Et Valérie aurait pu mieux faire si divers élus de pacotille ( du C.G particulièrement ) n'avaient pas traversé au cours du temps (1981 précisément) cette Association pour détruire complètement ces professionnels où on retiendra particulièrement la superbe prestation d'une nassima-abrutie qui a simplement supprimé la profession sur ce Département..Et alors surement Valérie aurait davantage mieux réalisé ses actions avec ces travailleuses familiales qui ont été laminées et certaines aussi décédées suite à l'affaire arast où nassima chialait son triomphe...Provisoire toutefois , pensons le! Ce sera aussi sa victoire
4. Ma sonnerie le 12/02/2018 13:35
Pourquoi le.publier..un coup de fil à un ami suffit...vanité?
5. Dignité le 12/02/2018 14:25
Des mots dignes et de circonstance.

Sont-ils de Raymond LAURET , le communiste proche de Paul VERGES du vivant de ce dernier?

Si c'est le cas, je salue l'ouverture d'esprit de l'auteur du texte .

Il est rare de voir un "rouge" rendre un si vibrant hommage à une personne engagée fortement à droite.

Mais les temps changent. J'ai connu les années sombres qu'a vécues notre île où l'on voyait des communistes affronter durement des gens de droite au point de les considérer comme des ennemis à éliminer du paysage politique par des moyens souvent extrêmes.
6. Marie le 12/02/2018 18:42
post 5 "Dignité", il me semble bien que c'est lui, et j'ai eu l'occasion de le côtoyer il y a de cela bien longtemps quand il était encore à la mairie du Port et qui indépendamment de ses idées savait faire la part des choses !
7. Marie le 12/02/2018 18:45
à ma Sonnerie, les paroles s'envolent et les écrits restent.....! et qu'il est bon de relire dans les moments difficiles ce qui est écrit avec le coeur!
8. klod le 12/02/2018 18:45
"J'ai connu les années sombres qu'a vécues notre île où l'on voyait des communistes affronter durement des gens de droite au point de les considérer comme des ennemis à éliminer du paysage politique par des moyens souvent extrêmes."..................

et INVERSEMENT , n'est il pas ?????????????????????????????? HIN ? en respect à l'histoire de CETTE ILE et de nout frères et sœurs de la RUN , de droite , de gauche , du centre ...................et d'ailleurs ! ............... !

memes les "non assasinés comme de villeuneve " mais mort pour la RUN , dans d'autres "manifestations" ou "élections" en des circonstances "scandaleuses" crient justice .NAN ? en vérité comme disent "les angéliques" .............vrai pas vrai .............. les morts de la run pour leur engagement politique : pas que le "de villeneuve" , il ME semble ..................................... vrai pas vrai ? un nom me revient , là , tout de suite : "RICO CARPAYE "............. mais combien d'autres ?????????????????? certains ont perdu un oeil .............. récemment ....................... na pwin si longtemps ................... MEMES CIRCONSTANCES EN FAIT que le "de Villeneuve" , NAN????????????????????????????????????,

violences politiques et non respect de la "démocratie" !!!

si chère à nout "framce" : patriiiiiiie des "droits de l'homme "et dite ""fille de l'eglise" comme nous le rappelle la comique morano , encore zordi ..................... ................. , affligeant !!!



mon ti péi que mi aime .............. ou pas.

"mais sof koman , on reste "attaché" où "nous lé né ".




" Je suis né quelque part
Laissez moi ce repère

Ou je perds la mémoire
Nom'inqwando yes qxag iqwahasa
Est-ce que les gens naissent... "

MAXIME le FORESTIER

en dehors de ces considérations , RIP à Mme Bénard que j'ai eu la chance de croiser , courage à sa famille , une zarboutan de la run , quelque soit "ses" engagements .
9. Jules Bénard le 13/02/2018 08:49
À Raymond Lauret :

Je te reconnais bien là, ami. Tout en sensibilité, en modération, en émotion retenue, dans ce qui est un magnifique hommage.
Tu vois, je ne me trompe pas en disant que tu devrais écrire plus souvent.

Quant à celui qui a parlé de "vanité"...

Je vous dirais que j'ai appelé mon ami Jean-Claude. Mais combien il est difficile, lorsque l'émotion est trop forte, de trouver les mots dans un tel cas et qu'elle empêche souvent de dire quelque chose. Ce fut mon cas : j'avais la gorge si nouée que je n'ai pu que balbutier des conventions alors que j'étais en peine. Jean-Claude l'a très bien compris car lui aussi a la sensibilité à fleur de peau.
Suite à mon appel très (trop ?) bref, je lui ai écrit car je suis de ceux qui savent mieux écrire que causer. Pardon, mon Jean-Claude !

Là, j'avoue que les mots et les pensées de mon ami Raymond sont allés plus loin que ce que j'aurais jamais pu écrire. Je partage tout ce qu'il a dit envers la défunte. Je l'ai connue lors de la grève de l'ARAST : elle méritait bien qu'on lui dise ouvertement combien on l'aimait... combien on l'aime toujours.

Bien à toi, Jean-Claude. Bien à toi, Raymond.
10. JANUS le 13/02/2018 09:23
Cher Monsieur LAURET,

On n'étale pas sur la place publique ses sentiments pour un ami ...

Votre courrier aurait être adressé à Mr JC BENARD, et à lui seul.

En agissant de la sorte, c'est vous que vous essayez de mettre en avant ... Et c'est regrettable.
11. Jules Bénard le 13/02/2018 11:27
à JANUS :

"Quand on est con/On est con" (Brassens)
Vous lui donnez raison, à notre Jojo national.
12. A marie le 13/02/2018 13:35
6.
Vanité.
Mais j'apprecie beaucoup "tonton" raymond.
13. Marie le 13/02/2018 15:50
à post 12 ?????? comprend pas ce que vous voulez dire!
14. Marie le 13/02/2018 20:54
12.Posté par A marie le 13/02/2018 13:35 (depuis mobile) faudrait arrêter vos conneries à l'occasion merci!
15. BENARD Jean Claude le 14/02/2018 07:43
Cette lettre m'a été remise personnellement , en raison "humain" , je lui ai permis de la publier ,merci Raymond et Jules pour cet hommage rendu à ma fille.
16. BENARD Jean Claude le 14/02/2018 08:00
merci RAYMOND ,JULES pour votre caractère humain(cette lettre m'a été remise personnellement ,vu la qualité de l'hommage,j'ai permis qu'on la publie) son pére
17. Marie le 14/02/2018 17:16
post 15 voilà qui est dit....bon courage à vous Monsieur!
Nouveau commentaire :