[Alt-Text] [Alt-Text]
Zinfos 974
Boxeurs… 2 Poids, 2 mesures

Le 11/01/2019 | Par Eric Ducroux | Lu 893

Défendre la république c’est aussi dénoncer la politique du maintien de l’ordre tel que le pouvoir la met en pratique aujourd’hui.

Un gilet jaune, ex boxeur, est en colère après avoir été victime de tirs de lacrymogène alors qu’il manifestait pacifiquement.Il se trouve là parce que la manifestation devait arriver devant l’assemblée nationale mais a été bloquée avant terme; les gilets jaunes se sont donc vu refoulés vers les quais de Seine où se trouvent des ponts qui pourraient permettre aux manifestants de quitter les lieux. Mais face à eux des CRS bloquent l’accès aux ponts, empêchant les gilets jaunes de quitter les lieux. Pourquoi ? Volonté de maintenir les manifestants dans une nasse ? Toujours est-il que face à cette absurdité, et avec la colère, l’ex boxeur va de ses propres dires « péter les plombs » et se penser dans un ring avec pour adversaire un CRS.

Beaucoup plus au Sud, à Toulon, un policier qui s’avérera être un commissaire divisionnaire, décoré de la légion d’honneur en début d’année, frappe à coup de poings un homme plaqué au mur, n’opposant aucune résistance. Dos au mur, au sens premier du terme, le manifestant recevra 6 ou 7 coups de poings de ce commissaire, rebaptisé Rambo, sur les réseaux sociaux. La violence est telle que ses subordonnés vont l’arrêter dans sa volonté de cogner du manifestant.

Qui remet en cause les valeurs de la République ?

Un ex bosseur qui se rappelle l’utilisation de ses poings alors qu’il n’aurait pas dû les utiliser pour frapper un CRS, casqué et protégé de son bouclier, ou celui, commissaire de police, gardien de l’ordre, théoriquement, qui tabasse un manifestant sans défense ni rébellion. Certains diront qu’il était excédé, fatigué mais n’est-ce pas à lui de montrer l’exemple, de se contrôler en toute circonstance puisque gardien de l’ordre ?

L’ex boxeur, après avoir fait part de ses regrets et excuses sur les réseaux sociaux, s’est rendu volontairement au commissariat où il a été placé en garde à vue, avant d’être déféré devant la justice ;

L’autre, le commissaire, poursuit son travail, le parquet de Toulon n’ayant pas jugé utile d’ouvrir une enquête…
Où se trouve la justice républicaine, l’égalité devant la loi , devise de la république ? 

Aujourd’hui le constat est affligeant : près  de 2000 blessés parmi les manifestants, 246 signalements auprès du ministère de l’intérieur, 45 plaintes déposés auprès de l’IGPN.

Il faut se retourner 60 ans en arrière pour trouver des chiffres aussi importants ; à l’époque la police tirait sur la foule et jetait les manifestants dans la Seine…Même en 1968 de tels chiffres n’ont pas été atteints,Maurice Grimaud,préfet de police de l’époque, avait défini une doctrine du maintien de l’ordre : les policiers ne frappent pas un homme à terre et ne visent pas la foule.

Le préfet de police de Paris représente l’État et applique les ordres donnés par le ministère de l’intérieur.Le maintien de l’ordre est donc politique.

Jacques Toubon que l’on peut difficilement taxer de gauchiste, ex ministre, notamment de la justice, aujourd’hui défenseur des droits a réalisé un rapport récent «les règles du maintien de l’ordre au regard de la déontologie »  qui recommande l’interdiction du Flash ball.

Et pourtant, le gouvernement vient de lancer un appel d’offre pour l’achat de 1280 lanceurs de balle de défense LDB40 ( flash ball)

Le président Macron lors de ses derniers discours a toujours occulté les victimes. Pas un mot pour elles, d’ailleurs, il n’a jamais prononcé le mouvement dont ils se revendiquent à savoir les Gilets Jaunes , prés de 2000 blessés, des dizaines de mâchoires fracturées, des éborgnés    des mains arrachées, mutilant des dizaines de manifestants pour toujours ;
Il y a lieu de s’inquiéter de cette doctrine du maintien de l’ordre qui visent à réprimer en mettant en jeu l’intégrité physique des manifestants afin que les citoyens soient dissuadés d’exprimer dans la rue leur colère et leurs  revendications.

Comment ne pas comprendre, l’exaspération, la colère qui grandissent face à de tels comportements de la police qui restent le plus souvent impunis ;

La réponse sécuritaire du gouvernement aux demandes exprimées par les gilets jaunes ne peut constituer une issue à ce mouvement. La réponse ne peut être que politique, mais ce président et son gouvernement en seront-ils  capables ? 


Commentaires (25)
1. Alain. NIVET le 11/01/2019 12:04
Eric Ducroux, je ne suis absolument pas d'accord avec votre raisonnement, je ne le commenterai pas,mais je le respecte.

Juste, un détail : votre gentil boxeur avait enfilé, pour "caresser" du CRS, des gants dits "coqués". Ce sont des gants dans lesquels on met du plomb pour faire très mal. Un coup dans la mâchoire, et vous finissez "aux gueules cassées". Il y a là, volonté de faire mal .

Ensuite comme vous le savez, votre bisounours a été viré de la Fédération Française de Boxe, car sont attitude a été contraire à l'éthique de ce sport. .Un boxeur qui ne sait pas se contrôler, est un boxeur dangereux !

Et, comme vous n'êtes pas sot, vous savez que, si une manifestation sur la voie publique est autorisée, les franchissements de rivières et autres fleuves sont interdits, de peur de voir des manifestants, dans un mouvement de panique, se jeter à l'eau ....voire se noyer. Les CRS étaient dans leur rôle.

Cordialement,

A.N.
2. miro le 11/01/2019 12:13
Quand un type tape sur les forces de l'ordre, c'est un crime ! quand un autre type tape sur un manifestant, c'est sauver la société .... allez comprendre ! ....
3. " V IEUX CREOLE" le 11/01/2019 16:48
Monsieur Eric Ducroux : Merci et Félicitations pour VOTRE COURRIEL COURAGEUX clair ,précis argumenté par des exemples précis , indiscutables dont tous les téléspectateurs ont vu et revu les images à la télé ! ! ! Je l’ APPROUVE dans son intégralité , tant dans la forme de l’exposé que dans le ton ferme et déterminé  utilisé! ! !
------ Vous rappelez fort opportunément aux Citoyens , mais aussi , aux deux Chefs de l’Exécutif Français , les règles de déontologie en matière de maintien de l’ordre) fixées par le Préfet de Police Maurice Grimaud , en son temps, et plus récemment par Jacques Toubon, l’Actuel 3 Défenseur des Droits ". . . Il est bon de rappeler que cette institution a été créée en 2011 et que le « Président des Défenseurs des Droits  » a été nommé par François Hollande en 2014 . . . Il est bon de rappeler aussi que ni Maurice Grimaud ,ni Jacques Toubon ne peuvent absolument pas ,en effet , être taxés de « gauchistes » : comme quoi , droite ,gauche ,centre peuvent se retrouver sur des valeurs communes dans notre République ! ! Elles n’ont jamais été mises en cause par aucun Démocrate authentique , ni par les Leaders des Partis précités ! !
----- Quand la Loi est bafouée , les sanctions prévues doivent être appliquées (déclarations des manifestations , tout comme des actes de violences ,de saccages ou de destructions etc.) sans distinction ,quels que soient leurs auteurs ! ! ! Un ancien boxeur excédé qui agresse un Agent de la force publique , un Officier de police - "récemment d écoré de la légion d’honneur" - qui frappe violemment de 6 ou 7 coups de poing un manifestant ( l’un des ses subordonné doit même intervenir pour qu’il cesse de cogner!) doivent répondre de leurs actes devant un Tribunal ! ! !
---- Monsieur Ducroux ,vous posez une bonne question : " le Président et son Gouvernement sont-ils CAPABLES DE RÉPONDRE AUX QUESTIONS DES FRANÇAIS"( pas seulement à celles des « Gilets jaunes »!) par ces temps difficiles et inquiétants ) ? ? Pour l’instant, ils donnent l’impression d’être « englués dans la Colle Jacques » ! ! ! « La Chienlit » qui règne au sein de tous les Partis politiques ,sans exception , risque de gagner le Pays tout entier ! ! !
4. albert le 11/01/2019 16:53
si la police lançait des bombes lacrimogene c'est pas la peine de se demander pourquoi quand on voit les gilets jaunes enlever les pavés pour les lancer sur la police
beaucoup de gilets jaunes casseurs aprés avoir dissimulé leurs visages par des cagoules ,depuis l'interdiction sont à visages découverts
qui nous prouve que les tapeurs de ce samedi sont pas les memes casseurs des autres samedi
5. Jacques André le 11/01/2019 18:18
Ce boxeur n'était pas un gilet jaune parce qu'il n'avait pas de gilet sur lui il est venu juste pour casser du flic allez va boxer dans l'enfer de Fleury-Mérogis maintenant quand je pense samedi ils vont recommencer à foutre le bordel ah! ses pleureuses
6. JORI le 11/01/2019 19:05
Tiens, d'après l'article il n'y aurait pas eu de blessés parmi les forces de l'ordre !!. J'arrête là, il y a déjà un parti pris pour quelqu'un qui prétend dénoncer une injustice.
7. Saucrates le 11/01/2019 19:10
Salut. Du même avis qu'Eric Ducroux. Je pense aussi qu'un homme peut peter les plombs, comme cet ex-boxeur. Lors du mouvement des fonctionnaires contre la suppression de la cherté de vie, à la fin des années 1990 ou au début des années 2000, lorsque nous avions occupé les bureaux du Conseil General, là où se trouvait le tribunal administratif, près du monument aux morts de St denis, j'ai failli moi aussi basculer pour un rien. Je n'étais pas un extrémiste. Mais lorsque vous vous faites gazer par les CRS, qui nous forçait à remonter la rue de la Victoire, et eux quelques centaines de mètres plus bas, on peut facilement basculer. Un gros camion de travaux attendait aux feux du croisement de la rue Labourdonnais et de l'avenue de la Victoire. Le groupe dans lequel je me trouvais, aux premières loges face aux CRS, a eu l'idée de monter dans la benne de ce camion. Heureusement, le chauffeur nous a fait signe qu'on était fou ! Sans cela, j'aurais sûrement suivi ce groupe et on aurait pu foncer vers les CRS en dessous. Et j'aurais fait la Une de la presse ! Prison et compagnie. Il suffit d'un rien pour que ce genre d'incident éclate, face à toute cette violence impunie des forces de l'ordre.

Heureusement pour moi et ces CRS que ce jour-là il ne s'est rien passé. Mais je peux comprendre ce qui est arrivé à ce boxeur. Difficile en étant aussi fort que lui, aussi bon combattant, de ne rien faire et de laisser ces dépositaires de la Force publique malmener, frapper des manifestants. J'ai beaucoup de respect pour les CRS, qui font un métier compliqué, mais dans ces moments-là, on l'oublie. Malheureusement pour ce boxeur, il était fort, un très bon combattant. Et surtout, les caméras étaient présentes et les services de sécurité ont immédiatement mis un nom sur son visage. À se demander comment ils ont fait.

Il aurait mis hors d'état de nuire un terroriste islamique, ou il aurait grimpé à un balcon, il aurait été considéré comme un héros et on l'aurait décoré ! Mais non, c'était un gendarme. Et c'est donc un criminel ! Pas de chance ! Saucratès.
8. JORI le 11/01/2019 22:27
7.Posté par Saucrates le 11/01/2019 19:10
"Il aurait mis hors d'état de nuire un terroriste islamique, ou il aurait grimpé à un balcon, il aurait été considéré comme un héros et on l'aurait décoré ! Mais non, c'était un gendarme", c'est justement ce qui fait la différence entre une décoration et une condamnation!!. Et la barrière se construit sur ce que l'on appelle la loi, je crois. Pour reprendre l'exemple de votre boxeur gj violent, et si on fait un parallèle avec le code de la route, on appelle cela non maîtrise du véhicule. Et je crois que c'est sanctionné au moins au niveau des responsabilités dans le constat.
9. maikouai le 12/01/2019 12:30
Participant régulièrement aux manifestations revendicatives de rue (comme Bello et Ratenon), il y a un constat passé sous silence par la plupart des observateurs qui y sont présents et qui interpelle fortement. Comment se fait-il que surgisse brusquement et régulièrement en tête de cortège une vingtaine de personnes masquées ou méconnaissables qui en vociférant slogans et insanités commencent à s’attaquer aux biens se trouvant à leurs portés, sans qu’il y ait réaction immédiates des forces de l’ordre postées à proximité ? La charge policière bizarrement intervient à partir du moment que certains manifestants « réguliers cette fois-ci » du cortège probablement par effet de mimétisme se joignent aux premiers, trublions. Puis encore bizarrement constaté dans le résultat de ces interventions, les premiers « fouteurs de merdes », ne sont jamais arrêtés ? Deux questions : 1) Objectivité des observateurs, extrémistes est-ce le terme qui convient ? 2) Qui pilote ces perturbateurs ? Une troisième pour la route, dans un cadre revendicatif précis, ces casses réelles et déplorables profitent à qui ?
10. Le lépeux le 12/01/2019 13:58
Si le CRS casqué ,botté ,cuirassé donne du baton sur la tete de ton frère ,que lui diras tu ? "Vas y ,tu as la Loi pour toi !-- Le boxeur désaffecté est le Gavroche des temps macroniens
11. JORI le 12/01/2019 16:30
10. Le lépreux. Votre monde dans lequel il n'y aurait ni manif, ni force de l'ordre, voire sans loi est un monde de bisounours. Les hors la loi dirigeant votre monde.
12. freaks le 12/01/2019 17:48
@Nivet, votre histoire de gants plombés, vous y croyez vraiment? La SEULE source est un policier interrogé par France 2. Autant dire que c'est peut-être vrai, mais que c'est quand même plus vraisemblablement faux. Vous devriez vous rendre sur un lieu de manifestation et constater de visu l'agressivité ANORMALE des forces de l'ordre, ça vous éviterait de répandre naïvement ce qui a fort l'air d'une infox.
13. Alain. NIVET le 12/01/2019 22:00
12) Fric, soyez plus clair. Moi j'ai mes sources.
Vous : "c'est peut être vrai". Avec des "peut-être", on ne met pas en doute la parole des gens.......

A.N.
14. Alain. NIVET le 12/01/2019 22:01
12) Fric, soyez plus clair. Moi j'ai mes sources.
Vous : "c'est peut être vrai". Avec des "peut-être", on ne met pas en doute la parole des gens.......

A.N.
15. Freaks le 13/01/2019 12:18
@nivet, faites une recherche internet, vous tomberez sur le seul article qui en parle. Bien entendu que je mets votre parole en doute, enfin votré parole, non, plutôt celle des médias menteurs que vous reprenez. Ce psittacisme n'est pas très sérieux. Je ne croyais pas à avoir à m'expliquer mais allons-y: le seul témoin est un policier. Comment peut-il savoir que les gants étaient plombes? Il a arrêté le boxeur? NON. Ce dernier a surement une frappe de plomb,mais RIEN ne permet d'affirmer qu'il portait ce type de gants. Réfléchissez un peu, voyons. J'avais écrit peut-être par courtoisie, mais il y a en réalité très peu de chances pour que votré info soit vraie. C'est une infox! En la divulguant, vous vous comportez en veau.
16. Jean le Monstre le 13/01/2019 14:00
Tout dépend de l'état de la route, état dont est responsable la Région ou l'Etat, selon la catégorie de la route.
En ce cas, Macron est responsable de la route (pour ainsi dire). Il a provoqué les accidents des Gilets Jaunes, en n'assurant pas l'entretien de la route Démocratie (gouvernement où le peuple exerce la souveraineté -Littré)
Il ne fait qu'abuser du pouvoir qu'il a.
Or, si vous voulez qu'il applique les lois, je vous rappelle Montesquieu, en dehors de qui aucune démocratie digne de ce nom n'existe, qui dit dans " L'Esprit des Lois" :

« Une chose n’est pas juste parce qu’elle est loi […] mais elle doit être loi parce qu’elle est juste. »

Et Macron n'hésite pas à utiliser des lois de 60 ans qui étaient valables peut-être (???) pour De Gaulle, mais dont il s'empresse (comme ses prédécesseurs) d'utiliser abusivement (encore plus abusivement que ses prédécesseurs).

Réfléchissez !

Et moi je chante pour sauver la République :
"Aux armes ! citoyens . . ."
17. Jean le Monstre le 13/01/2019 14:57
par mon 16 je réponds à 8 - JORI
18. JORI le 13/01/2019 16:31
16. Jean le monstre. Quelle route?. Vous pilez pour une raison ou une autre, la voiture de derrière vous rentre dedans, que vient faire l''état de la route ?. Je parle de non maîtrise de véhicule ou de soi dans mon parallèle. Encore rien compris !!
19. JORI le 13/01/2019 16:39
16. Jean le monstre. Abuser du pouvoir qu''il a, et comment ça ?. Sauf erreur de ma part, les présidents utilisent les outils que la constitution met à leur disposition. Si il y a abus pourquoi ne portez vous pas plainte??.
20. Jean Le Monstre le 13/01/2019 20:24
JORI,
L'ignorance ça se corrige par le renseignement (ce que tu ne fais pas).
La connerie, jamais.
Adieu !
21. JORI le 14/01/2019 00:11
20. Jean le monstre. Et vous êtes un bel exemple de connerie puisque vous debitez votre propagande (qui par définition est une connerie car subjective) sans pouvoir me répondre. Mais c'est le propre du militant borné.
22. Le lépeux le 14/01/2019 18:20
On peut douter de tout aujourd'hui.. Il y a eu ces policiers de rue qui avaient reçu la consigne de dresser un chiffre minimun de contraventions pour stationnement illégal . . Notre monde est devenu extravagant . Des CRS ont peut etre reçu consigne de taper sur un certain nombre de tetes pour montrer leur zèle à défendre le gouvernement ou pour leur avancement hiérarchique . qui connait ?
23. JORI le 14/01/2019 20:36
22.Posté par Le lépeux le 14/01/2019 18:20
Et les gilets jaunes violents ils ont reçu leurs consignes de qui pour tout saccager??.
24. Le lépeux le 15/01/2019 09:58
jori -- la consigne du gilet jaune vient de sa conscience : le peuple ne doit pas etre pris en dérision ..le peuple doit pouvoir vivre de son travail
25. JORI le 15/01/2019 12:14
24.Posté par Le lépeux le 15/01/2019 09:58
"la consigne du gilet jaune vient de sa conscience", faux , mais des meneurs que l'on voit toujours sur les médias.
Enfin une chose censée au bout de vos doigts: le peuple doit pouvoir vivre de son travail.
Nouveau commentaire :