[Alt-Text] [Alt-Text]
Zinfos 974
Délinquance à La Réunion: L'alcool derrière la majorité des faits de violences

Le 09/10/2019 | Par Charlotte Molina | Lu 1945

À l’occasion des rencontres de la sécurité, l'état major départemental de sécurité présente ce mercredi à la préfecture les chiffres de la délinquance des 3 premiers trimestres 2019 dans le département, en présence de Denis Chausserie-Laprée, procureur général, d’Eric Tuffery, procureur du tribunal de grande instance de Saint-Denis, de Caroline Calbo, procureure du tribunal de grande instance de Saint-Pierre, du général Xavier Ducept, commandant la gendarmerie de La Réunion et de Jean-François Lebon, directeur départemental de la sécurité publique.

"La Réunion est le 63e département de France en termes de taux de délinquance par habitant, alors qu'elle est le 25e département le plus peuplé, avec un taux en-dessous de la moyenne nationale en ce qui concerne les atteintes aux biens. Malheureusement La Réunion est au-dessus de la moyenne pour les atteintes volontaires à l'intégrité physique des personnes", indique Jacques Billant, préfet de La Réunion. 

L'état major départemental de la sécurité constate ainsi :

12 faits d'atteintes aux biens pour mille habitants depuis le début de l'année à La Réunion. En métropole, on compte 24 faits d'atteintes aux bien pour milles habitants. 

8,23 faits d'atteinte volontaire à l'intégrité physique de personne/mille habitants sont enregistrés, contre 7,41 en métropole.

La lutte contre les violences conjugales reste une priorité pour les services de l'État

1670 faits ont déjà été enregistrés pour les 3 premiers semestres de l'année, contre 1513 l'an dernier. 1442, c'est le nombre de femmes victimes comptabilisé à ce jour, contre 1367 en 2018. Chaque jour, 6 femmes sont victimes de violences conjugales.

L'augmentation du nombre de faits est perçue comme un phénomène positif résultant d'une augmentation des plaintes déposées et des signalements "qui contribuent à lutter contre ce fléau à La Réunion"
 
Lutte contre la délinquance routière  

26 personnes ont perdu la vie sur les routes réunionnaises à ce jour, dont 12 piétons et 9 conducteurs de deux-roues. Le nombre de morts sur la route était de 33 en 2018 à cette période de l'année.

L'alcool et les stupéfiants restent les dénominateurs communs de ces accidents mortels. Les résultats restent donc fragiles, a souligné la préfecture. Le nombre d'accidents et de blessés est lui en augmentation : 592 accidents entre janvier et septembre 2019 contre 455 à la même période en 2018.

14,92% de cambriolages en moins depuis janvier  

1767 cambriolages ont eu lieu depuis le début de l'année chez des particuliers comme au sein de sociétés, c'est moins qu'à la même période l'année dernière où les forces de l'ordre en avaient constatés 2077. 

Un résultat positif qui est le fruit d'une présence accrue des forces de l'ordre sur la voie publique selon la préfecture, ainsi que du déploiement systématique de la police scientifique et technique sur les lieux d'un cambriolage et une meilleure prévention. 

Les violences envers les forces de l'ordre en augmentation
 
L'autorité administrative et judiciaire a notamment salué l'engagement des forces de l'ordre "dans un contexte difficile". En effet, les incivilités et les violences sur les personnes dépositaires de l'ordre public sont en augmentation à La Réunion : +10,35% .

Alcool : La sources de tous les maux ? 

Qu'il s'agisse de violences conjugales, intra-familiales, d'atteintes aux personnes, de délinquance routière, ou de violence envers les forces de l'ordre, derrière ces faits se cache le plus souvent une consommation excessive d'alcool.

"C'est une particularité réunionnaise : la majorité des faits de violences sont commis sous l'emprise de l'alcool. C'est une réalité extrêmement préoccupante et il est nécessaire que tous les opérateurs, publics comme privés, travaillent à une plus grande prévention", explique le procureur général. 


Commentaires (16)
1. Marie A. le 09/10/2019 20:30
Cette fois-ci il y a une faute de frappe : 2 " e " à procureure
2. Ls le 09/10/2019 21:06
Oui avec l'alcool. Quelle plaisanterie cette réunion avec dès dehors des affiches 4x3 pour du whisky ou bien des alcool forts à goûter avec des hôtesses dans grandes surface une vraie honte. Vive une dictature instaurée anti alcool
3. JOLI COEUR le 09/10/2019 22:27
" 2 e à procureuse" c'est tout ce qui a retenu votre attention sur cet article?? Le compte rendu de la rencontre de la sécurité me parait beaucoup pus inquiétant que cette petite faute de frappe. Réfléchissez un peu avant de poster des commentaires stupides alors que notre département part en catastrophe (délinquance, alcool, zamal, crimes, magouilles des politiciens et j'en passe et des meilleures). Bonne soirée et faites moi savoir si j'ai fait une "faute de frappe" dans mon commentaire. Merci par avance.
4. Marie A. le 09/10/2019 23:10
Post 3

Le " e " en trop auquel je faisais référence se trouve dans le mot " Procureure " (dans le chapeau de l'article), le mot " Procureuse " n'existe même pas.

Ce commentaire faisait suite à un autre dans lequel je signalais que les procureurs ci-nommés avaient été attribués d'une fonction qui n'était pas la leur. Le commentaire n'a pas été publié car il n'aurait pas été d'intérêt ; en effet, la journaliste a immédiatement rectifié son article.

Et ce n'est pas parce que je ne commente pas que ça ne m'intéresse pas.
Moi aussi je pourrais être agressive en vous disant que la stupidité que vous évoquez est d'abord la vôtre, à avoir trop rapidement des jugements de valeur, puis je pourrais être insultante en vous lâchant que votre stupidité est égale à votre impolitesse.

Sur ce, oui, l'orthographe, la ponctuation, la tournure des phrases ont leur importance, car sans la forme, le fond n'est pas compréhensible.
5. Kiki le 09/10/2019 23:23
L''alcool ! Laissez-moi rire ! Faut trouver une raison à toute ces violences physiques et verbales. Si la Run en est réduit à cette extrémité faut pas chercher bien loin : Na trop d''moune lé en total désoeuvrement. La pas été fait en un zour ....
6. Dépité 974 le 10/10/2019 07:16
Il faudrait commencer par fermer les snacks qui attirent les oisifs dès le 6 du mois.
les clients stagnent sur la voie publique avec leurs bières à la main dès 8h du mat. Les riverains subissent les incivilités, les nuisances sonores.
7. LéonardeVincui le 10/10/2019 09:40
La délinquance a col blanc, plus périlleuse,pour l'ensemble économique et sociaux Péi. Puisqu'il s'agit de nos parasites politiques charognards dans tous les excès en matière d'abus de bien sociaux,offre de marché public frauduleux,emplois de complaisance au salaire exorbitant du réseaux clientélisme etc etc etc.
Alors Dame,Messieurs les procureurs,a quand un nettoyage dans ce milieu immoral, monstrueux, malsain, fermé entre les gros Nababs Péi. Dont les faits, sont aussi grave que toute les violences cité ci-dessus. L'exemplarité dans le comportement de nos parasites politiques charognards, serait un plus dans la sociabilité de notre peuple a qui ces élus arrogant leur doivent respect pour le devoir civique par les urnes,qu'on leur demande a chaque fois que cela est nécessaire. In yab des Yvelines
8. Joel le 10/10/2019 10:27
Bonjour, il me fais trop rire ce préfet,l’alcool est le premier problème à la Réunion mais il laisse là pub d’alcool sur le net et sur les panneaux d’affichages, je conclus que l’état est complice et devinez pourquoi.....pour les taxes qui rentrent dans les caisses de l’état... donc Monsieur le préfet avant de faire des annonces,faites déjà votre travail.....
9. JOLI COEUR le 10/10/2019 10:47
Poste 4 : Oh Marie, si tu savais tout le mal que tu me fais ............ comme chantai si bien Johnny. Bonne journée à vous et à la revoyure.
10. le kiré totocheur de la pointe du diable, lé + cathodix que catholix? le 10/10/2019 11:38
La faute à l'alcool ? C'est l'histoire du chien qui se mord la queue. L'Etat n'a pas honte de critiquer sur quoi il perçoit des taxes ? Il est complice de cette violence et de la publicité incitant à s'alcooliser (pas une semaine sans promo d'alcools sur les prospectus des grandes surfaces).
11. balayedovantzotportavant le 10/10/2019 12:38
@ poste8 _ le préfet ne pourra rien faire tout est dans la logique et le respect de chaque être et surtout ne pas confondre le verre et la bouteille tout est dans la modération à chacun son destin et sa prise de conscience le préfet ne sera jamais votre papa responsabilité mister!
12. Mohamem le 10/10/2019 14:00
La publicité pour l'alcool (comme pour les cigarettes!) étant interdite en France, pourquoi
continuer à laisser les anciennes pubs "Dodo" ou permettre de la pub (radio notamment) pour
la Dodo alors ???
C'est une incitation à en consommer c'est tout ??
Pourquoi se plaindre après si les "jeunes" franchissent la première marche, vers les boissons
alcoolisées, qu'on leur propose de prendre?
13. Kiki le 10/10/2019 15:05
Pst 7 laisse nout ban'' "nabab pei " tranquille ! Cause dessi ou pas. Zot lé là et zot va resté en attendant ke na d''autre y ar prend la relève. Si y plaît pas ou, reste pas là. Un vote c''est un droit et un devoir et non un l''obligation.
14. Leonardevincui le 10/10/2019 18:10
@13/super comme argument,tellement t''as relevé le niveau de ton post,tu m''a donné envie d''aller soulager mon transit.Bravo,au moins,on sait que tu philosophes avec les artichauts t''as plus dans ton assiette plus que dans ton bidon.In yab des Yvelines
15. Kiki le 10/10/2019 23:07
Bun mi té sir ke ou té sa va pas applaudir. Mais à rien. Au moin ou gardra pas un tête constipé ! Mi yaime pas trop râlé pousser. Mi dis à ou : sans rancune !
16. polo974 le 11/10/2019 09:14
8.Posté par Joel le 10/10/2019 10:27
"""
Bonjour, il me fais trop rire ce préfet,l’alcool est le premier problème à la Réunion mais il laisse là pub d’alcool sur le net et sur les panneaux d’affichages, je conclus que l’état est complice et devinez pourquoi.....pour les taxes qui rentrent dans les caisses de l’état... donc Monsieur le préfet avant de faire des annonces,faites déjà votre travail.....
"""

eh oui, et pourtant le préfet à le droit de publier des arrêtés interdisant la pub à moins d'un km d'une école, collège ou lycée, de faire des alcools fort le produit d'appel des dépliants de nos super-marchés, etc...
mais en aura-t-il le courage ? ? ?

(ce serait bien plus utile que cet arrêté interdisant la vente de requin fondée sur... pas grand chose, voire sur rien pour ne pas dire sur des rumeurs non vérifiables datant de plus de 30 ans...)
Nouveau commentaire :