[Alt-Text] [Alt-Text]
Zinfos 974
De plus en plus de familles choisissent la garde alternée après une séparation

Le 11/01/2019 | Par Zinfos974 | Lu 2237

L'insee dévoile ce vendredi une étude sur un phénomène de société de plus en plus prononcé en France : la monoparentalité et donc la question de la garde alternée.

En 2016, en France, 400.000 enfants mineurs vivent en résidence alternée, d’après les déclarations fiscales de leurs parents. Ils résident la moitié du temps chez chacun d’entre eux, le plus souvent une semaine sur deux. La loi relative à l’autorité parentale permet de mettre en place une résidence alternée depuis 2002.

La proportion d’enfants alternants au sens des déclarations fiscales a doublé depuis 2010, pour atteindre 2,7 % des mineurs en 2016. La hausse de ce mode de résidence est corroborée par d’autres sources. Entre 2003 et 2012, les décisions de justice fixant une résidence alternée ont doublé, pour atteindre 17 % des décisions. De plus, depuis 2007, les familles peuvent déclarer leurs enfants en résidence alternée à leur caisse d’allocations familiales et cette pratique augmente.

En 2016, 3,8 % des enfants de 11 à 14 ans alternent entre deux logements

La proportion d’enfants en résidence alternée croît régulièrement avec l’âge des enfants, pour atteindre 3,8 % des enfants de 11 à 14 ans en 2016. Les enfants alternants sont âgés en moyenne de 10,5 ans en 2016.

Résider alternativement chez chacun de ses parents est rare parmi les jeunes enfants : en 2016, seuls 0,7 % des enfants de moins de 4 ans sont en résidence alternée. En effet, les plus jeunes ont moins souvent des parents séparés. De plus, les décisions de justice en faveur de la garde alternée sont moins souvent prononcées pour les plus jeunes enfants.

Depuis 2010, la proportion d’enfants en résidence alternée augmente régulièrement, et ce à chaque âge. Par exemple, 1,4 % des enfants âgés de 6 ans et 2,0 % de ceux de 11 ans étaient alternants en 2010, contre respectivement 2,6 % et 3,8 % en 2016. Aussi, l’âge moyen des alternants reste presque stable (respectivement 10,2 ans en 2010 et 10,5 ans en 2016).

En 2016, et pour chacune des années depuis 2010, la part des enfants alternants augmente avec l’âge jusque vers 14 ans avant de diminuer. Cette baisse apparente s’explique par le développement de la résidence alternée. Une année donnée, les enfants les plus âgés appartiennent en effet à des générations plus anciennes, pour lesquelles la résidence alternée après la séparation des parents était moins souvent mise en place que pour les enfants des générations les plus récentes.

La proportion à La Réunion

En 2016 toujours, selon les données de l'Insee Réunion-Mayotte, 0,4 % des enfants à Mayotte et 1,5 % à La Réunion alternent entre les logements de leurs parents séparés.


Commentaires (13)
1. KLOD le 11/01/2019 18:08
et c'est bien .
2. Alexandra le 11/01/2019 18:33
Bravo a ses parents qui malgré leur séparation ont pu trouver le meilleur accord pour le bien être des enfants ..faut mettre de cote les rancoeurs les vengeances et penser a l'épanouissement des enfants ... Moi j'y suis loin avec le papa qui les a complètement abandonné c bien dommage.. Je suis maman et papa en mm tps
3. Dagober le 11/01/2019 22:06
Detout façon si un père ou une aime son enfant ils feraient tout pour son bien être
4. Juste pour rire d''un sujet quand même triste quelque part enfin pour certains le 12/01/2019 00:14
Klod, c''est ton parapluie ? ;-) je déconne bien entendu lol Plus sérieusement, vous ne pourriez pas réfléchir un peu avant de prendre épouse ou époux ? C''est quoi ce bordel ?! C''est l''enfant qui paye dans tous les cas. Toi, tu bandera pour une autre
5. Fidol Castre le 12/01/2019 06:34
Modèle dégénéré d'une société décadente.

400.000 enfants bousillés (...)

Schéma classique et très fréquent : les parents divorcent et se remettent en couple. Ils font des enfants de deuxième lit. Ces enfants de deuxième lit ont un foyer. L'enfant de premier lit est balloté avec sa petite valise. Quinze jours chez l'un, quinze jours chez l'autre. Il n'a pas de chez soi. Il est hébergé chez papa (où la belle-mère fait sa loi). Il est hébergé chez maman (il a de la chance si le ti-père ne le viole pas). Il regarde avec envie la chambre de ses demi-frères.
Rendez-vous les dimanches soirs sur le parking glauque d'une grande surface pour transférer le petit animal et sa petite valise en carton. En cas de retard, on se retrouve au commissariat.

J'ai connu un cas où l'enfant (qui a chopé le cancer suite au divorce de ses parents) faisait un malaise à l'école. La maman ne pouvait pas être contactée à ce moment là car elle sauvait des vies (elle travaille dans le domaine médical). Le personnel de l'école contacte le papa. Réponse de ce dernier : " qu'elle se démerde. C'est sa semaine".

Je connais des cas où les enfants, à douze ans, sont déjà sous antidépresseurs.

Ce modèle de société est à la mode (en grande partie à cause de Sarkozy qui était si fièr de sa vie privée de débile mental). Mais il n'amène rien de bon. Nous verrons les vrai dégâts quand ces 400.000 enfants devenus adultes passeront leur temps dans le cabinet de psychiatres. Le divorce pour tous est en train de fabriquer une génération de tarés.
6. Veridik le 12/01/2019 15:14
@5
Faut arrêter la fumette et arrêter de prendre un où VOUS avez vu pour une généralité
7. Papapio, "Pères Amor" le 12/01/2019 21:25
Encore faut il que les Juges Ripoux renoncent a falsifier volontairement l.instruction du dossiers. Si la Mère n.est pas d.accord, alors le Père est condamné. Preuves a disposition
8. Papapio, "Pères Amor" le 12/01/2019 21:30
Maintenant ils seraient donc d.accord pour appliquer la Parité éducative ?! Dégueulasse... Ma fille vient d.avoir 18ans et n.aura JAMAIS PU CONNAITRE SEULEMENT MA FAMILLE
9. Papapio, "Pères Amor" le 12/01/2019 21:34
Je suis écœuré a vomir... Nous rendra t.on jamais justice ?! Non bien sure les Ripoux seront protégés jusqu'.a prescription, com d.hab... êtes vous étonnés que les gilets jaunes se révoltent ??? J.espere qu.ils payeront pour ca
10. Ca dépend des personnes le 12/01/2019 21:47
Post 6 justement. Ceux pour qui ça se passe bien sont pour. D''ailleurs on pourrait tant qu''on y est remplacer le père ou la mère par une poupée gonflable qui parle et bouge ça serait pareil. Pour nous, non. Même si on fait avec. Pas le choix.
11. Papapio, "Pères Amor" le 13/01/2019 07:13
90% d.enfants et Pères séparés de force, par des Juges qui touchaient des voyages a Mada chaque fois qu.ils rapportaient des devises pour la monoparentalité feminine ? Rien ?... Réunion fournisseur officiel d.enfants, L.outreau Mère" qui Rapporte....
12. Papapio, "Pères Amor" le 13/01/2019 07:17
18 ans de sanctions lourdes et saisies bien sure, c le fric qui intéresse c gens là... Y.a pas de soucis pour les Pères... Pire que n.importe quel voleur ou meurtrier... Pour les juges? Rien, l.impunité totale archi protégés de la République des VIP
13. Papapio, "Pères Amor" le 13/01/2019 07:24
AUCUN SURCIS POUR LES PERES, la peine injuste est FERME pour les 18ans a venir, une logique judiciaire de Débile profond, avec a la clé une mane financière qui représente 70% du chiffre d'affaire du TGI .. hummm €€€
Nouveau commentaire :