Zinfos 974
Huiles alimentaires usagées : Une deuxième vie!

Le 12/02/2020 | Par Zinfos974 | Lu 4068

[Publireportage] Vider son huile usagée de friture dans les canalisations est une aberration écologique qui coûte fort cher. En effet, bien souvent, cette huile alimentaire usagée finit par défaut dans nos canalisations d’eaux usées. Ce geste, répété des milliers de fois par an, contribue à l’obturation des canalisations et oblige nos intercommunalités à dépenser des milliers d’euros chaque année en curage. La CINOR se mobilise pour la valorisation de ces huiles alimentaires usagées qui de déchet obstruant vont devenir un bio-combustible.

A la CINOR, le problème a été pris à sa juste mesure et un partenariat a été mis place, pour offrir, très bientôt, à ses administrés une solution de valorisation aux huiles alimentaires usagées !

Quand les huiles usagées deviennent du bio-combustible pour les fours
Ainsi, des fûts dédiés seront installés dans toutes les déchetteries de la CINOR  à partir du 1er mars pour recevoir gratuitement les huiles alimentaires usagées des administrés, mais aussi des petits commerçants. Répartis de manière homogène sur son territoire, la CINOR s’appuiera sur son parc de 11 déchetteries pour offrir ce service de proximité à ses administrés.

Les huiles recueillies en déchetteries par la société TRANSLOG seront acheminées sur l’installation de traitement de la SICA AUCRE pour être valorisées energétiquement en servant de combustible pour les fours.

En inaugurant cette nouvelle filière de valorisation locale, la CINOR entend modifier les comportements de ses administrés en les impliquant pleinement dans l’économie circulaire vertueuse de son territoire, en faisant d’un déchet obstruant un bio-combustible.