[Alt-Text] [Alt-Text]
Zinfos 974
Jean-Luc Poudroux ou le retour du député fantôme

Le 10/09/2019 | Par Jaden Bluker, Piton Saint-Leu | Lu 950

Élu député de la 7ième circonscription en 2018, l’ex maire de Saint-Leu et ex président du conseil général avait quasiment disparu des écrans radars depuis son élection. Il réapparaît ces jours-ci pour faire resurgir sa proposition improbable d’une carrière en roches massives pour les besoins de la route digue de la nouvelle route du littoral dans le lit de la Rivière-des-Galets en pleine zone du Parc National.

Cette réapparition médiatique du parlementaire de l’ouest après près d’un an de silence radio a de quoi surprendre. En effet, ce dinosaure de la politique réunionnaise a littéralement ressuscité après 3 échecs successifs pour reprendre le contrôle de la mairie de Saint-Leu. En 2018enfin c’est le retour triomphal du vieux sage Jean-Luc Poudroux adoubé par les ténors de la droite locale. Mais depuis un an c’est la déception chez les Saint-Leusiens en particulier les jeunes de Piton Saint-Leu qui se sont mobilisés en masse pour en finir avec le LPA.

L’électorat saint-leusien est mécontent, déçu des promesses et des engagements non tenus du nouveau député de la 7ième circonscription. Il est difficilement joignable, sa permanence parlementaire est rarement ouverte. Même les habitants de son quartier de L’Etang Saint-Leu disent que Jean-Luc Poudroux a pris ses distances avec la population. Par ailleurs, à l’Assemblée Nationale, le député de la 7ième circonscription n’a pas brillé par son un travail loin d'être exceptionnel : aucun amendement ou proposition de loi ne porte son nom.

Alors qu’en 2018 Jean-Luc Poudroux faisait le trait d’union entre les différentes composantes de sa famille politique. Aujourd’hui il est snobé par Didier Robert et Michel Fontaine les deux frères ennemis de la droite locale. Après sa large victoire à l’élection législative partielle, il avait promis de soutenir un jeune pour la mairie de Saint-Leu, il est retombé dans ses vieux travers d’homme influençable en restant sous la coupe exclusive de son petit cercle de collaborateurs qui veut imposer ses vues aux prochaines élections municipales. Même sa suppléante Grazeilla Vergoz a fui en déménageant aux Avirons. Quel gâchis ! Il reste à la jeunesse saint-leusienne de s’organiser politiquement et de créer les conditions d’un véritable renouvellement de la classe politique conformément aux aspirations profondes du peuple.


Commentaires (4)
1. JORI le 10/09/2019 19:14
Ah, c'était lui le dernier député élu !!.
2. pipoteur le 11/09/2019 12:06
Bah fallait être bien couillon pour croire qu'il tiendrait ses promesses! Déjà un député a peu de mage de manœuvre alors un député de l'opposition n'en parlons pas!
Didier Robert a juste mis tous les moyens régionaux pour dégager Thierry Robert de Saint Leu. Il n'en n'avait rien à faire de Poudroux, juste une opportunité...
3. République le 11/09/2019 16:32
L’auteur a sans doute oublié la dernière phrase de son texte : « …en soutenant et en votant pour… ».
4. francis963 le 17/09/2019 13:18
monsieur jaden heureux de vous lire mais dite vous bien" créole lé encore couillon " de nos jours beaucoup croit au père Noël quand vous ne voulez pas sortir de votre misère en suant et bien il reste juste le coté facile celui de voter pour un personnage qui vous miroiter les monts et merveilles et la c'est exactement le cas un pti contrat bidon juste après l'assedic voila de quoi maintenant le créole se contente. quand au député poudroux le gars ila fait 19 ans à l mairie de st leu pas une infrastructure n'est sortie de terre pour dire voila j'ai fait des trucs non. Mais encore fois les st leusiens ne réfléchissent pas l'action de Thierry robert n'est plus à prouver quand on voit les salles mortuaire piscine mediatheque toilette etc... oui faut le dire celui la il parle beaucoup trop même mais il a fait des choses.
Nouveau commentaire :