[Alt-Text] [Alt-Text]
Zinfos 974
La clinique Les Flamboyants Ouest inaugure son Unité de soins Jeunes Adultes

Le 01/02/2019 | Par N.P | Lu 1407

Le Groupe Les Flamboyants, spécialisé dans la prise en charge des maladies dépressives et névrotiques depuis plus de 20 ans à La Réunion, a inauguré ce 1er février sa seconde Unité de soins Jeunes Adultes (USJA). L'unité est exclusivement dédiée à un public âgé de 16 à 25 ans. Installée au sein de la clinique Les Flamboyants Ouest au Port, elle vient renforcer la prise en charge d'une première unité basée aux Flamboyants Sud, à Saint-Pierre. Créée en 2012, celle-ci a d'ores et déjà accueilli plus de 320 patients avec 20 lits dédiés, pour une durée moyenne de séjours entre 26 et 31 jours.

Comme son unité jumelle dans le Sud, la nouvelle bâtisse s’adresse à un public spécifique, adolescents et vient en réponse à un besoin en croissance constante. Il offre une capacité d’accueil de 34 lits, et propose un accompagnement adapté à l’évolution du patient et de sa pathologie : hospitalisation complète, de jour ou de nuit, afin de mettre les patients dans les conditions optimales et éviter une fracture familiale et/ou sociale.

Un taux de suicide chez les Jeunes alarmant

Depuis sa création en 1995, le Groupe Les Flamboyants a toujours privilégié une approche dynamique, réactive et mobile face aux différents problèmes des patients.

La Réunion est la 3ième région de France la plus touchée par le passage à l’acte suicidaire. Il était important pour le Dr Gérard d’ABBADIE, Président du Groupe Les Flamboyants et Mme Aude d’ABBADIE-SAVALLI, sa Directrice Générale, d’apporter une réponse de soins à cette problématique inquiétante. Des soins précoces ont pour objectif de modifier l’évolution psychopathologie de ces jeunes qui mettent si gravement leur vie en jeu.

En plus des parcours de soins au sein des établissements, la clinique Les Flamboyants Ouest a mis en place un suivi post-hospitalisation des Jeunes adultes, en se basant sur le plan régional « Prévention de la récidive d’un suicide VigilanS » de l’Etablissement public de santé mentale de la Réunion (EPSMR).

Intitulé « dispositif vigilans interne », ce dispositif permet d’assurer un suivi à la sortie d'un séjour d'hospitalisation et ainsi, de mieux anticiper d’éventuelles situations à risques ou d'envisager avec une plus grande justesse un complément de prise en charge. Depuis la mise en place de ce dispositif en juin 2018, près de 45 patients ont bénéficié de ce suivi.

Prendre conscience du danger des addictions sur l’équilibre neuropsychologique

L’Unité de soins Jeunes Adultes propose également une prise en charge des Addictions. Cette initiative fait suite à un autre constat inquiétant : près de 70% des jeunes hospitalisés à Saint-Pierre sont concernés par des problèmes d’addictions, voire de poly-toxicomanies. 47% d'entre eux ont été confrontés à un épisode psychotique associé à une addiction au cannabis.

L'inauguration de cette seconde Unité de soins Jeunes Adultes s'est déroulée en présence des représentants de l'ARS OI dont sa nouvelle Directrice Générale Mme Martine LADOUCETTE et de Mr Laurent BIEN Directeur de l’EPSMR.

A cette occasion, une nouvelle convention de partenariat a été signée avec l’EPSMR, renforçant encore un peu plus les liens entre les deux structures publique et privée au bénéfice des jeunes patients réunionnais. L’objet de cette nouvelle convention structure et organise les parcours pour la prise en charge des adolescents/jeunes adultes entre les deux établissements. Des orientations facilitées sont créées entre les urgences psychiatriques, l’Unité Vanille de l’EPSMR et la clinique Les Flamboyants Ouest.


Commentaires (3)
1. infirmièreCHU le 02/02/2019 18:39
Et voilà, pdt que les services du service public (CHU) ferment , le soi-disant " fleuron " dixit le directeur du CHU...le privé inaugure de nouveaux services et augmentent leurs activités.
Merci MrCalenge de participer avec Mr Macron à la mort du service public !!!
2. infirmière974 le 02/02/2019 21:14
On ferme des services ou des unités ou des services, le CHU a du mal à payer ses factures , voir même ses salaires...Et on a un super directeur "kréol" enfin je crois, qui nous fait enlever la prime, qui veut nous enlever les RTT,qui nous dit de faire des efforts pdt que MONSIEUR voyage en 1ère classe et va dans un 5étoiles aux frais du CHU!!! Alors que nous n'avons assez de personnel, de matériel , de temps pour s'occuper du patient dans de bonnes conditions .Le soi-disant fleuron, du pipo !!!!
3. SPARTACUS974 le 03/02/2019 08:45
Il est désespérant de voir le secteur public se contenter des activités peu rémunératrices(voir couteuses car certaines spécialités coutent plus chères que ce qu'elles peuvent rapporter) et le secteur privé investir les soins les plus rémunérateurs.Il y a quelque chose de pourri dans le domaine de la santé et l'ARS apporte sa bénédiction dans ce transfert d’activités.
Nouveau commentaire :