[Alt-Text] [Alt-Text]
Zinfos 974
La démocratie est-elle en danger en France et dans les États occidentaux ?

Le 07/02/2019 | Par Saucratès | Lu 684

C'était plus ou moins le titre d'un article publié dans le média Le Monde citant le politologue et professeur d'Harvard Yascha Mounk. 

 

https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/01/30/le-systeme-de-gouvernement-des-democraties-est-aujourd-hui-menace_5416634_823448.html

 

Un certain nombre d'Etats précédemment considérés comme de grandes démocraties ont basculé ces dernières années dans des régimes populistes d'extrême droite. Il y a eu la Hongrie de Viktor Orbán, les États-Unis de Donald Trump, l'Italie de Giuseppe Conte, Luigi Di Maio et Matteo Salvini, le Brésil de Jair Bolsonaro ... Difficile de considérer par ailleurs que la Turquie de Recep Tayyip Erdoğan, le Vénézuela de Nicolás Maduro Moros ou la Russie de Vladimir Poutine puissent encore être considérées comme des démocraties, même si des élections supposément libres, ouvertes et démocratiques y ont régulièrement/parfois lieu. Certains de ces régimes, de ces gouvernements sont appelés régimes illiberaux par certains politologues, c'est à dire qu'ils considérés comme étant opposés au libéralisme en politique. 

Cette situation rappelle-t-elle la situation des années 1920-1930 et la montée des fascismes en Europe, qui a conduit à l'arrivée au pouvoir des Adolf Hitler, des Benito Mussolini, des Francisco Franco ou des Joseph Staline ? Un tel parallèle a-t-il un sens et doit-il nous faire peur ? Et dans ce sens, le mouvement des gilets jaunes, son populisme par essence, même en l'absence de leader, n'est-il qu'une autre forme du MAL qui gangrène lentement les démocraties occidentales ? 

C'est une thèse que certains défendent. C'est une thèse que l'on peut comprendre et craindre, dès lors que des régimes politiques populistes d'extrême droite prennent le pouvoir dans de plus en plus d'Etats, et qu'ils se font élire et défendent des formes de plus en plus assumées de nationalisme et de rejet des étrangers, des migrants et des musulmans (puisqu'il s'agit le plus souvent de pays occidentaux). Si la France ou l'Allemagne basculaient elles-aussi prochainement dans un régime d'extrême-droite, ce serait certainement un signal d'inquiétude, de retour des pires moments de l'histoire. Sauf que l'Europe n'est plus le centre du monde, qu'un risque de conflagration mondiale risque difficilement de sortir de la vieille Europe, et qu'elle naitra plus vraisemblablement des conflits existant entre les Etats-Unis, la Chine, l'Inde ou la Russie, les grands pays continents. 

Le mouvement des gilets jaunes valide, à tord ou à raison, cette impression d'un retour des grandes insurrections du passé, mai 1968, le Front populaire de 1936, les jacqueries, le boulangisme ou les épisodes de la commune de Paris. Mais le discours de Macron me semble complètement décrédibilisé parce qu'il veut jouer sur les peurs des gens, des francais, de la classe moyenne, parce qu'il veut nous faire croire que c'est lui ou le déluge, lui ou le retour de la barbarie, lui ou le retour de l'extrême droite. À défaut de pouvoir être aimé pour lui-même, pour sa politique, il veut jouer sur les peurs des français. Mais il n'a aucunement l'aura du Général de Gaulle. Parce qu'il n'est rien d'autre qu'un triste personnage issu de la caste des hauts fonctionnaires, des hauts managers de l'Etat ou des entreprises privées. 

J'ai lu avec gourmandise l'analyse du Monde diplomatique (ou plutôt de Serge Halimi et de Pierre Rimbert) sur  la crise des gilets jaunes, notamment leur article de février 2019 sur la «Lutte des classes en France».

«D'ordinaire, le champ du pouvoir se déploie en composantes distinctes et parfois concurrentes : hauts fonctionnaires français ou européens, intellectuels, patrons, journalistes, droite conservatrice, gauche modérée. C'est dans ce cadre aimable que s'opère une alternance calibrée, avec ses rituels démocratiques (élections puis hibernation).»

Le Monde diplomatique cite également le dirigeant socialiste français Jules Guesde, qui indiquait en 1900, en parlant de longévité au pouvoir de la classe capitaliste :

«On s'est divisé en bourgeoisie progressiste et en bourgeoisie républicaine, en bourgeoisie cléricale et en bourgeoisie libre-penseuse, de façon à ce qu'une fraction vaincue pût toujours être remplacée au pouvoir par une autre fraction de la même classe également ennemie. C'est le navire a cloisons étanches qui peut faire eau d'un côté et qui n'en demeure pas moins insubmersible.»

Le Monde diplomatique (Serge Halimi et Pierre Rimbert) continue : 

«Face aux gilets jaunes, la bourgeoisie à effectué un mouvement de ce type. Ses porte-paroles habituels, qui par temps calme, veillent à entretenir l'apparence d'un pluralisme d'opinions, ont associé d'une même voix les contestataires à une meute de possédés racistes, antisémites, homophobes, factieux, complotistes. Mais surtout ignares.»

Le pire, c'est que plus largement, au delà du complot d'une caste qui nous fait croire qu'ils constituent l'ensemble unique des choix possibles, j'ai participé à cette même interprétation du mouvement des gilets jaunes. Au delà du complot, cela doit être inhérent à l'appartenance à la classe bourgeoise, cette peur du pauvre, du peuple. 

«Tout un univers social ... (d'Europe Écologie Les Verts aux débris du Parti Socialiste, de la CFDT à deux animateurs de France Inter) ... s'est retrouvé pour pilonner les personnalités politiques bienveillantes envers le mouvement. Leur tord ? Attenter à la démocratie en ne se montrant pas solidaires de la minorité apeurée.»

Le Monde diplomatique de février 2019

Depuis maintenant plus d'un siècle, le champ politique est obstrué par une même haute classe sociale qui occupe pratiquement tout l'échiquier politique, de la droite à la gauche en passant par le centre et les verts, et qui a rendu possible cette impression que quelque soit les personnes portées au pouvoir, rien ne changeait jamais et que tous les partis appliquaient les mêmes politiques, les mêmes décisions, privant de la sorte de toute substance la politique et déclenchant une détestation légitime du politique par le peuple, dont le mouvement des gilets jaunes se nourrit, qu'il a parfaitement compris. Au fond, cette «meute de possédés racistes, antisémites, homophobes, factieux, complotistes et ignares» avait tout compris bien avant moi, bien avant eux, preuve que ces gilets jaunes sont bien loin d'être bêtes et ignares !

La plus violente démonstration de l'existence de cette caste fut cette alternance entre Sarkozy, Hollande puis Macron. Comment les mêmes remèdes ultrà libéraux purent être mis en place par la droite décomplexée, puis par la gauche anti-finance puis enfin par l'homme ni de droite ni de gauche ? Comment l'homme ni de droite ni de gauche a-t-il pu être rejoint à la fois par des politiques de droite et de gauche ?

Si j'en reviens à mon propos liminaire, si la démocratie est en danger en France, plus largement dans les pays occidentaux, la responsabilité n'en revient pas aux électeurs trop bêtes, trop racistes, trop haineux qui votent pour les extrêmes en politique. Ce n'est pas la faute aux americains, ni aux italiens, ni aux électeurs du Rassemblement Nationale. La responsabilité écrasante en revient aux politiques de la bourgeoisie ultralibérale qui se sont succédés en France depuis plus d'un siècle. Cette classe de riches et puissants bourgeois avait réussi à nous faire croire au concept TINA cher à Margareth Thatcher : «There is no alternative» ! Le mouvement des gilets jaunes les effraie-t-il ? En tout cas, ce gouvernement, l'ensemble des députés tout parti politique confondu qui tendent à criminaliser ce mouvement des gilets jaunes, qui cherchent à terroriser les francais pour les empêcher de venir manifester, qui criminalisent des individus avant même tout passage à l'acte, juste parce qu'ils sont porteurs de quelques outils dans leur véhicule ou d'un masque de chantier, semblent avoir tellement peur de ces vrais français qu'ils ne reculeront devant aucune loi scélérate,  aucune privation de droits constitutionnels ! Au mépris de cette habitude de nous faire croire qu'il y avait une pluralité d'opinions, de possibilités et de choix en politique ...
 



Commentaires (19)
1. Bruno Bourgeon le 07/02/2019 11:04
Bravo, Saucratès, votre propos n'est pas sot (Cratès, LOL!). J'aime assez le Monde Diplo, Serge Halimi, et les pensées alternatives pour apporter de crédit aux propos que vous relatez. Oui, le temps du TINA devrait être achevé, mais Macron en est encore l'incarnation typique. Plus loin que la menace brune, la vraie menace est la bonne santé de notre niche, notre bateau ivre, la planète Terre : là est le danger des politiques ultralibérales que vous dénoncez, pour l'enrichissement de quelques-uns, on est prêt à ne plus pouvoir vivre ou faire vivre notre descendance. Prochainement je vous montrerai les dessous du traité d'Aix-La-Chapelle récemment signé par Angela et Emmanuel...
2. Curieux ! le 07/02/2019 12:05
Curieux de toujours vouloir parler de danger pour la démocratie quand la droite même extrême devient majoritaire !
Lorsque c''est le contraire, que la gauche même extrême devient majoritaire, on parle de "forces de progrès" comme les cocos, Cuba, URSS
3. Zarin le 07/02/2019 12:46
Démocratie 2.0 – La dictature de l’intelligence artificielle

Grâce à l’intelligence artificielle, les politiciens sont désormais en mesure de manipuler les électeurs à leur avantage. Du micro-targeting aux robots politiques, découvrez comment l’intelligence artificielle transforme la démocratie de façon inquiétante et immorale.
4. A mon avis le 07/02/2019 13:37
Saucratès vous dites :
qt["Sauf que l'Europe n'est plus le centre du monde, qu'un risque de conflagration mondiale risque difficilement de sortir de la vieille Europe,"]q

Plusieurs remarques :

1°) Pourquoi toujours employer ce poncif de "vielle Europe" ? C'est du même ordre que "L'Afrique n'est pas encore entrée dans l'Histoire " ?

2°) "une conflagration mondiale risque difficilement de sortir de l'Europe" . En êtes vous certain ?
L'Europe n'est-elle pas le point de convergence des 3 désirs hégémoniques de Poutine, Trump, et autre Xi Jinping ? Problème de l'Ukraine, route de la soie, menace d'éclatement de l'Union Européenne
Sans oublier la pression les puissances du Golf et de l'islamisme...

3°) si l'Europe n'est plus le centre du monde (je dirais ne peut plus se considérer comme le centre du Monde), elle n'en reste pas moins la seule région du Monde où le régime politique est "encore" vraiment démocratique, avec une vraie liberté d'expression. (contrairement à ce que vous laissez croire dans votre conclusion)
Et malheureusement, on constate que beaucoup s'acharnent à vouloir abattre cet espace de liberté en prônant un retour des frontières et des nationalismes brunissants.

Défendre l'unité de l'Europe est une priorité. Et force est de constater que Macron est actuellement le seul chef d'Etat européen à être franchement engagé à défendre l'Union européenne !
Certes on peut discuter du modèle actuel. Mais il a le mérite d'exister, et avant de vouloir le modifier, il est urgent d'en préserver la structure.
5. A mon avis le 07/02/2019 13:48
Vous dites :
"...si la démocratie est en danger en France, plus largement dans les pays occidentaux, la responsabilité n'en revient pas aux électeurs trop bêtes, trop racistes, trop haineux qui votent pour les extrêmes en politique. Ce n'est pas la faute aux americains, ni aux italiens, ni aux électeurs du Rassemblement Nationale. La responsabilité écrasante en revient aux politiques de la bourgeoisie ultralibérale qui se sont succédés en France depuis plus d'un siècle. "


Et qui a placé cette "bourgeoisie" au pouvoir ?
Le élus ne sont que le reflet de ses électeurs !
(et de ceux qui n'ont pas voté, et qui hurleront "au loup" ensuite !)

Dès qu'un élu est au pouvoir, il devient la personne à abattre, responsable de tous les maux; et on veut au mieux le remplacer, au pire le guillotiner !

C'est aussi ça la démocratie.
6. Ken le 07/02/2019 16:35
Tiens? Un gauchiste niaiseux qui commence à comprendre...il lui reste plus qu’a comprendre l’economie Réelle et l’origine des échanges economiques entre les hommes...le pauvre, il va bientôt se découvrir libérale...
7. A mon avis le 07/02/2019 17:13
Le vrai danger pour les démocraties, ne vient-il pas d'internet ?

extraits de la chronique de Brice Couturier sur France culture :
https://www.franceculture.fr/emissions/le-tour-du-monde-des-idees/le-tour-du-monde-des-idees-du-jeudi-07-fevrier-2019

extraits :
.....
" L’acte d’accusation dressé par le politologue britannique Jamie Bartlett, dans The People versus Tech : How the Internet is killing Democracy, est accablant et convaincant. Pour lui, la démocratie et internet sont carrément incompatibles. Tant ils obéissent à des principes et des logiques contradictoires. La démocratie exige des délibérations qui prennent du temps, l’inscription dans un espace physique délimité et précis, une culture partagée, des élections, la confiance envers les autorités légales – tout ce que fracasse internet… Si les dirigeants des démocraties ne parviennent pas à les mettre sous contrôle, prétend Bartlett, les réseaux sociaux finiront par détruire nos démocraties.
... "


"...
Mais depuis quelques années, la foule n’est plus modérée par des partis modérés. Des frustrations ont été exploitées par des démagogues à la Trump. Les partis modérés sont mis au défi par de nouveaux mouvements politiques qui – je cite – « se posent en alternative aux élites et dont la séduction repose davantage sur ce qu’ils refusent que sur ce qu’ils proposent. »
...."


A méditer !
8. A mon avis le 07/02/2019 17:26
@ 2.Posté par Curieux !
N'avez vous donc jamais remarqué que les idées prônées :
- par les partis de gauche, sont progressistes (progrès sociaux, sociétaux, plus d'égalité, de fraternité ...)
- par les partis de droite sont conservateurs et inégalitaires (réticence à tous progrès sociaux ou sociétaux : opposition à l'avortement, à la contraception, au mariage pour tous, à la réduction du temps de travail, à l'augmentation du SMIC etc ..
Les partis de droite sont favorables à la compétition économique, la gauche à la coopération !
La droite est favorable à une agriculture industrielle , la gauche à une agriculture à taille humaine !
etc ....
9. Saucratès le 07/02/2019 19:38
Salut «À mon avis». Que de réactions de votre part à mon post ! Si ce que vous dites était vrai sur la différence entre droite et gauche, ce serait génial. Ce serait merveilleux. Et on n'aurait pas l'impression que droite et gauche sont issues d'une même bourgeoisie qui veulent donner la fausse impression d'une pluralité politique.

Vous me direz que ce discours ressemble comme deux gouttes d'eau à celui du Front National sur l'UMPS ? Mais c'est aussi la position exprimée par le journal Le Monde Diplomatique que l'on peut difficilement soupçonner d'affinités vis à vis du Rassemblement National. Et Le Diplo s'est sagement réfugié derrière des positions historiques d'hommes politiques de gauche pour ne pas être soupçonné de reprendre des positions frontistes.

Il y a bien longtemps que les socialistes ne défendent plus des positions sociales progressistes ou de coopération. Il y a deux ans, la gauche était au pouvoir et on a eu une réforme du code du travail libérale (la loi travail), une volonté (avortée) de réformer les 35 heures et une volonté (également avortée) de faire passer une réforme de destruction des institutions représentatives du personnel. Mesures qui ont été mis en œuvre ensuite par Macron, en les appelant «modernisation du dialogue social».

Non, ce n'est pas cela qui différencie la droite et la gauche. Ce n'est pas le progressisme. Avec le mariage pour tous, la gauche n'a-t-elle pas juste appliqué une stratégie marketing pour répondre aux besoins d'une fraction d'un électorat qu'elle voulait capter ? Je pense que la dernière fois qu'une véritable gauche a accédé au pouvoir, c'était avec Jospin en 1997. C'était aussi avec Mitterrand en 1981 et en 1988, avec un vrai projet de société. La gauche ne défend pas plus les petites exploitations agricoles, mais elle défend les multinationales comme Monsanto. Je crains que votre rêve ne s'effondre, mon cher «À mon avis» ! Saucratès
10. A mon avis le 07/02/2019 23:51
@ 9.Posté par Saucratès :
J'ai bien pris la précaution de souligner "les idées" prônées par les partis de gauche !

Entre les idées et leur mise en œuvre, il y a une marge. Vous avez raison ! (Bien que le sens de "bourgeoisie" ne soit pas tout à fait le même vu de droite ou vu de gauche !) Et "la gauche" ne se résume pas au PS de François Hollande.
Vous avez raison, surtout quand la gauche est incapable de s'organiser sur des objectifs communs. Et pourtant, avec le dérèglement climatique que nous subissons, il ne serait pas difficile de trouver des points de convergence (à condition de laisser les égos au vestiaire !)

Mais il n'est pas interdit de rêver.
Perdre espoir, c'est capituler et laisser le champ libre aux démolisseurs qui ne font campagne uniquement sur ce qui ne va pas, sans rien proposer de constructif !
11. le kiré totocheur de la pointe du diable, lé + cathodix que catholix? le 08/02/2019 11:34
Un seul homme qui décide du sort de 67 millions de français, c'est de la démocratie ?
12. A mon avis le 08/02/2019 13:27
@ 11.Posté par le kiré totocheur de la pointe du diable, lé + cathodix que catholix? le 08/02/2019 11:34

Absurde !
Nous ne sommes pas en dictature ! (
13. Justedubonsens le 09/02/2019 10:05
Je partage l'analyse de Saucrates. Oui il n'y a pas plus de différences entre Droite et Gauche dans les actes sinon dans les idées. Les uns comme les autres n'ont qu'un seule religion : rester dans les clous du déficit public artificiellement cantonné aux 3% PIB par une bande de technocrate tous forgés au même moule et qui justifient ainsi de leur présence pour en tirer le fruit juteux de salaires et de conditions sociales hors normes.
Mitterrand a sacrifié le bon sens à l'Histoire en acceptant la parité DM-FF pour fixer le taux de l'Euro sans garde-fou sur son application commerciale, nous mettant ainsi dans la panade que nous connaissons par l'explosion des prix.
Pourquoi les grands capitalistes comme Bolloré et autres se sont ils emparés de la presse sinon pour dicter leurs conditions aux candidats aux élections qui dépendent de l'image qui sera présentée d'eux dans les médias.
Enfin peut-être faudrait-il fermer cette boutique archaïque, rétrograde qu'est l'ENA qui formate ceux qui nous gouvernent (élus ou leurs cabinets) dans le moule de leur caste !
14. A mon avis le 09/02/2019 17:24
@ 13.Posté par Justedubonsens vous dites :
"Je partage l'analyse de Saucrates. Oui il n'y a pas plus de différences entre Droite et Gauche dans les actes sinon dans les idées."


C'est avec de tels raisonnements qu'on en arrive à laisser le champ libre aux démolisseurs qui ne font campagne uniquement sur ce qui ne va pas, sans rien proposer de constructif !

Dire qu'il n'y a pas de différences entre les idées de la Droite et de la Gauche, c'est totalement ignorer, à gauche notamment, la multiplication des partis (ce qui fait d'ailleurs sa faiblesse) et la multitude des "think tank" (Terra Nova, Fondation Jean Jaurès, Fondation Schuman, Fondation Hulot ...) qui sont des "laboratoires d'idées". Un point à regretter, c'est que l'écologie n'est pas assez prise en compte par la gauche, mais ça progresse !

Pour ce qui est des actes, depuis quand la gauche n'est-elle plus au pouvoir, si on excepte le quinquennat Hollande ?
Hollande beaucoup critiqué souvent avec raison, mais qui a tout de même hérité de la ruine laissée par Sarkozy, et qui a réussi à remettre l'économie française sur les rails !
15. momo le 09/02/2019 19:52
la democratie chez vous : ce sont les peuples remplacés les peuples muselés les peuples matraqués comme en france en ce moment
16. klod le 09/02/2019 20:44
j'adore les échanges d'idées entre la "droiiiiiite" et la "goooooooooooooche"


chacun aura sa réponse .......... selon son vécue et sa connaissance de "l'Histoire politique" ...........



plus prosaïquement , plus CONCRETEMENT : sur ce territoire dit "ex colonie 974 " , la vie chère n'est compensée que pour certains .................... hin ?


de droite ou de gauche , une solution ?????? depuis 70 ans , certains s'en contentent !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

soutien aux manifestants tant que cette hypocrisie sociétal dans les drom perdurera !!!!! ben , ya.
17. JORI le 09/02/2019 21:45
11. Le kiré..... À quel moment de notre histoire plusieurs personnes auraient décidé pour le reste de la population française.
18. JORI le 09/02/2019 21:48
11. Le kiré. Ceci dit nous sommes me semble t il dans une démocratie dite représentative !!. Quelle serait votre démocratie où il n'y aurait pas de représentant du peuple ?.
19. youssef le 12/02/2019 14:13
bof il faut d'abord definir c'est quoi démocratie comme défiir aussi c'est quoi libérté..
la vrai démocratie je suposse c'est un lien entre un votant et son representant..
dans cette dialectique le representant qu'on apelle élu doit retourné vers ces votants leur annaonce
les points de negociation ils discutent puis part pour renegocier

mais ici cette démocratie, l'elu ramassre les voix et va avec ces voix faire des pressions pour avoir des dividende personnelle et de groupe...

apres le vote on le voit plus, c'est cela aussi qui est appelé democratie..

si on peut définir la democratie il ya deux forme

noué et dénoué

noué l'elue n'est qu'un representant noué et lié a ces votants

dénoué c'est un marchant qui achete des voix contre des promesses il se tape la mise d'en haut et s'enfuie
Nouveau commentaire :