[Alt-Text] [Alt-Text]
Zinfos 974
Papa

Le 12/06/2018 | Par Arnaud JOMAIN | Lu 793

Il appuie fort sur les pédales
De son vieux vélo rouillé.
Pinces aux mollets,
Il gravit l'avenue, sans escales.
Son pas lourd, sonne pourtant léger
Dans mon coeur de jeune écervelé.
Il sonne! L'huis s'ouvre!
C'est Papa! Je le retrouve!
Mécanicien, il sent le fer.
Je l'aide à se défaire.
Je plaque un baiser sur sa joue,
Son front se déride, on joue!
Et pourtant!
Il appuie fort sur les pédales
De son vieux vélo rouillé.
Pinces aux mollets,
Il gravit l'avenue, sans escales.
Je niche ma main dans la sienne
Afin que mon Amour il retienne,
Comme une flamme d'Olympie
Que je voudrais infinie
Au fond de mon coeur, tapie.
Il allume sa cigarette,
D'un geste vif et net.
La fumée monte jusqu'à la lampe.
Je voudrais être cette fumée qui le hante.
Et pourtant !
Il appuie fort sur les pédales
De son vieux vélo rouillé.
Pinces aux mollets,
Il gravit l'avenue, sans escales.
Je voudrais être son souffle
Lorsque sur l'acier il s'essouffle.
Je voudrais être sa force
Lorsqu'il mate le fer à la forge.
Je voudrais être son âme
Qu'il a si fier et sans drame.
Je voudrais être ses yeux,
Perçants et vifs comme l'aigle des cieux.
Je voudrais être sa bonté,
Celle qui, sans colère m'a dompté.
Je voudrais être son courage
Qu'il déploie chaque jour, sans tapage.
Et pourtant!
Il appuie fort sur les pédales
De son vieux vélo rouillé.
Pinces aux mollets,
Il gravit l'avenue, sans escales.
Je voudrais...Je voudrais...
Mais aujourd'hui je ne pourrais.
Car son coeur a fini de résonner.
Car son coeur a fini par l'arraisonner.
Lui, le fier vaisseau hauturier
A jeté l'ancre un jour de juillet
Sans crier gare.
Non! Il n'a pas fui.
Il a trouvé plus fort que lui,
S'est battu, a été terrassé!
De l'autre côté, il a glissé.
Et pourtant,je le vois encore,
Je le touche encore, 
Nous jouons encore.
Il appuie fort sur les pédales
De son vieux vélo rouillé.
Pinces aux mollets,
Il gravit l'avenue, sans escales.

En hommage à tous les Papas - Bonne fête à tous!


Commentaires (19)
1. NIVET le 12/06/2018 11:36
Très bel hommage, Arnaud. Ce poème me renvoie à mon père, hélas terminant sa vie en EHPAD.

Merci.

Alain.
2. Bla-bla-bla le 12/06/2018 12:12
Un mécanicien qui a un vélo rouillé, franchement, c’est nul. Mon père était mécanicien aussi, son vélo était nickel et toujours parfaitement lubrifié. Enfin, j’imagine qu’il faut bien trouver ses rimes: pas toujours facile... Et puis, camarade: les pinces, moi, je les mets plutôt aux chevilles. Because aux mollets, ça ne sert à rien
3. mimile le 12/06/2018 14:27
Très bel hommage. on ne profite pas assez de nos pères et ne leur déclarons que très peu notre amour...vivons chacun de ces instants comme si c'était les derniers.
4. mick97480 le 12/06/2018 18:34
j'adore. bonne fête a tous les papas, même a le mien même si il ne fait plus partie de ce monde. JE T'AIME PAPA
5. A mon avis le 12/06/2018 21:30
Bel hommage à votre père !
6. A mon avis le 12/06/2018 21:31
@ 1 NIVET : vraiment pas de quoi être fier d'annoncer publiquement sur ce site que vous laissez mourir votre vieux père en EHPAD, vous le donneur de leçons.
Les épanchements de votre vie privée sur ce forum sont écœurants !
7. Marie le 13/06/2018 07:51
post 3 "à mon avis" je suis tout à fait d'accord avec vous, c'est franchement indécent, je ne comprend pas pour un mec qui se dit intelligent faire étalage de sa vie privée sur ce site , aucun respect pour ses proches, d'ailleurs on se demande s'il en a pour quelqu'un...à force de regarder son nombril ........!

j'ai beaucoup aimé le poème de M.Jomain, mais quand j'ai lu le post du Nivet, je n'ai plus eu envie de laisser de commentaires...... !
8. NIVET le 13/06/2018 09:11
3) Aucun respect pour nos anciens. Vous savez que lorsqu'un parent est placé en EHPAD, c'est parce que la famille est devenue impuissante à s'en occuper., et que l'issue en sera fatale parce que trop âgé.. PERSONNE ne laisse mourir son parent en EHPAD, tout comme PERSONNE n'a vu quelqu'un placé en EHPAD en ressortir guéri de la vieillesse.Même ça , vous ne comprenez pas ? Vous êtes prêt à toutes les vacheries, toutes les bassesses, pour me blesser.Vous êtes un beau dé..........!
le lecteur appréciera votre manque de compassion.

A.N.
9. A mon avis le 13/06/2018 11:02
@8 NIVET : vacheries et bassesses dites vous ? ....
A mon avis, je dirais plutôt conseils de discrétion et de respect de vos proches ! ...
Vous êtes tellement imbu de votre petite personne, que vous n'avez même pas conscience de votre indécence à vouloir, sur ce site et ailleurs, exposer votre vie privée !
10. NIVET le 13/06/2018 11:08
7° Marie, cessez de vous appuyer sur les commentaires des autres pour exister. Et lisez mon post 8. Ceux qui ne comprennent pas sont ceux qui ne sont jamais entrés dans une HEPAD et n'ont jamais été confrontés au placement d'un de leurs proches ! C'est dur ! Il n'y a que des gens comme vous et AMV qui ne comprennent pas . Vous n'êtes même pas à plaindre tellement vous êtes bêtes.
J'ai, comme tous les enfants un grand Amour et un grand respect pour mon père en EHPAD qui a toujours été un homme formidable. Mais je suis lucide, il en sortira, une foi sa vie achevée, par la petite porte.......Parce que c'est la fin naturelle !.
Vous m'avez extrêmement déçu, Marie.

Cordialement.
A.N.
11. Papapio le 13/06/2018 11:34
Merci pour ces quelques mots qui réchauffent un peu le cœur, à la manière d.un feux de joie... Poème sans aucun doute ignoré aux JAFs, ou seul le fric, de la revente de nos Enfants, compte...
12. Marie le 13/06/2018 11:57
NIVET NOUS AVONS TOUS NOS PROBLEMES c'est pas pour autant qu'on va venir sur le site ZINFOS pour les étaler, c'est tout LE RESPECT vous connaissez....NON!
13. Zarin le 13/06/2018 14:55
Une chanson toute simple :

Papa, ô papa

Y avait dans le désert qui conduit tout là-bas
Un homme rude et fort qui marchait à grands pas
Derrière un petit gars lui emboîtait le pas
Mais n'y arrivait pas

Papa, ô Papa, attends-moi je ne peux pas
Papa si tu vas à grands pas faire ton pas
Un pas c'est un pas mais ton pas je ne l'ai pas
Papa, ô Papa, je ne peux pas

Parfois le bonhomme s'arrêtait pour laisser
Laisser au gamin le temps d'le rattraper
Sitôt qu'ils étaient à nouveau rassemblés
Alors il repartait

Papa, ô Papa, attends-moi, je ne peux pas
Viens là mon p'tit gars, t'en fais pas, prends mon pas
Un pas c'est un pas mais ton pas je ne l'ai pas
Viens là mon gars ne t'en fais pas

La marche avançait mais le temps défilait
Notre homme vieillissait, le gamin grandissait
Son pas s'allongea et maintenant pas à pas
Ils s'en allaient là-bas

Papa, ô Papa, regarde-moi, faire mon pas
Papa si tu vas à grands pas j'fais comme toi
Un pas c'est un pas et ton pas c'est mon pas
Papa, papa, je fais ton pas

Y avait dans le désert qui conduit tout là-bas
Un homme rude et fort qui marchait à grands pas
Laissant derrière lui un vieillard qui a dit
Adieu, j'arrête ici

Va, va, mon p'tit gars d'un bon pas n'attends pas
Mon pas est trop las, va tout seul vers là-bas
Un jour tu verras un gamin qui suivra
Ton pas et le rattrapera
Un jour tu verras un gamin qui suivra
Ton pas et le dépassera !

Paroles de Jean-Claude Darnal
14. NIVET le 13/06/2018 16:34
12,Marie, répondre à un auteur que je peux comprendre son émoi parce que ma famille et moi vivons aussi dans la douleur, c'est de l'étalage ?
Vous, comme votre acolyte A mon Avis, n'avez aucune compassion, aucun respect de la douleur et de la peine des autres. Vous n'avez aucun coeur, mais une machine à régurgiter à la place.

Sentiment d'écoeurement.

A.N.
15. Marie le 13/06/2018 17:57
franchement NIVET je vous conseille d'appeler radio la di l fé pour vous confier sur votre sort, nous cela ne nous intéresse pas , de la pudeur vous n'en avez même pas, parce que vous croyez quoi là que toutes les personnes qui viennent sur ce site n'ont pas leur lot de problèmes....mais un peu de décence svp, respectez vos proches et gardez vos lamentations pour votre entourage!
16. Marie le 13/06/2018 18:49
merci Zarin c'est très beau également, cela nous change de certains posts .......!
17. NIVET le 13/06/2018 20:49
15,) Marie, après votre exploit de dénigrer les gens dans la souffrance, je réitère mon propos en post 14 à votre intention. Vous avez aussi votre lot de problèmes, et je n'en disconviens pas : Vous voulez exister dans ces colonnes, mais vous n'apportez rien. Tel le rémora, vous vous nourrissez des interventions de vos amis prédateurs. Mais de vous....rien ! Incapable d'une réflexion personnelle et de la moindre réflexion !
Marie, vous avez 65 ans, peut-être êtes vous mariée, peut-être êtes vous maman . Et la vie ne vous a pas rendue sage et réaliste ? Je pense , à vous lire , que vous assumez mal votre mal-être existentiel. Je ne veux pas en faire les frais.

Cordialement,
A.N.
18. Grangaga le 14/06/2018 02:49
..................................."Mon .....Vieux".....................................................

Dans son vieux par-dessus râpé
Il s'en allait l'hiver, l'été
Dans le petit matin frileux
Mon vieux.

Y avait qu'un dimanche par semaine
Les autres jours, c'était la graine
Qu'il allait gagner comme on peut
Mon vieux.

L'été, on allait voir la mer
Tu vois c'était pas la misère
C'était pas non plus l'paradis
Hé oui tant pis.

Dans son vieux par-dessus râpé
Il a pris pendant des années
L'même autobus de banlieue
Mon vieux.

L'soir en rentrant du boulot
Il s'asseyait sans dire un mot
Il était du genre silencieux
Mon vieux.

Les dimanches étaient monotones
On n'recevait jamais personne
Ça n'le rendait pas malheureux
Je crois, mon vieux.

Dans son vieux par-dessus râpé
Les jours de paye quand il rentrait
On l'entendait gueuler un peu
Mon vieux.

Nous, on connaissait la chanson
Tout y passait, bourgeois, patrons,
La gauche, la droite, même le bon Dieu
Avec mon vieux.

Chez nous y avait pas la télé
C'est dehors que j'allais chercher
Pendant quelques heures l'évasion
Tu sais, c'est con!

Dire que j'ai passé des années
A côté de lui sans le regarder
On a à peine ouvert les yeux
Nous deux.

J'aurais pu c'était pas malin
Faire avec lui un bout d'chemin
Ça l'aurait p't'-êt' rendu heureux
Mon vieux.

Mais quand on a juste quinze ans
On n'a pas le coeur assez grand
Pour y loger tout's ces chos's-là
Tu vois.

Maintenant qu'il est loin d'ici
En pensant à tout ça, j'me dis
"J'aim'rais bien qu'il soit près de moi"
Papa.
D.GUICHARD.........
19. L'Ardéchoise le 29/06/2018 00:25
Durant ces dernières semaines, les choses n'ont guère changé : c'est toujours règlements de compte à OK Corral sur les poèmes d'Arnaud Jomain qui mérite(nt) mieux que cela...
J'aime ce poème. Mon père avait 54 ans lorsqu'il est mort, je n'ai pas eu assez de temps pour lui dire combien je l'aimais.
Nouveau commentaire :