[Alt-Text] [Alt-Text]
Zinfos 974
Pillage du Leader Price : Il sort un couteau devant le tribunal et prend un an ferme

Le 12/01/2019 | Par Soe Hitchon - soe.hitchon@zinfos974.com | Lu 3891

Le 5 décembre dernier, quatre personnes étaient jugées devant le tribunal correctionnel de Champ Fleuri pour le pillage du Leader Price de Saint-Benoît dans la nuit du 19 au 20 novembre en marge des manifestations des gilets jaunes. Leur procès a été renvoyé au 6 février prochain.
 
Ce ne sont pas ces individus-là qui intéressaient la justice ce vendredi mais plutôt un des jeunes hommes qui se trouvent dans la salle d’audience. RJ, 23 ans, pieds nus au tribunal, n’apprécie pas d'avoir été identifié par la victime, le gérant du point-chaud du Leader Price, comme l’un des pilleurs. Suite à une altercation entre les deux hommes, RJ part à sa voiture dans le parking du tribunal et revient quelques minutes plus tard avec un couteau. Il s’en prend au gérant qui est blessé à l’arcade puis à un gendarme qui tente de l’interpeller.
 
L’homme est ensuite maîtrisé grâce à l’aide d’un agent de sécurité et placé en garde à vue. Il comparaissait donc ce vendredi pour violences avec armes. Si RJ a d’abord expliqué avoir trouvé le couteau devant le tribunal et que c’est le gérant qui l’avait placé là afin de l’attaquer, il a ensuite avoué qu’il s’agissait du sien. Il maintient que la victime les a insultés. La présidente du tribunal le rappelle également : le gérant du point-chaud, connu par la justice, ne serait pas un enfant de cœur.  "Je sais pas ce qui m’a pris, c’est une accumulation de ras le bol, de peur (du gérant du point-chaud, ndlr), cette arme je la portais tous les jours", ajoute-t-il. Il accuse la victime de menaces de mort et d’avoir tenté de le renverser avec sa voiture. Ayant été placé en garde à vue avant l’audience, il a été conseillé par son avocat d’attendre la fin de cette affaire avant de déposer plainte contre le gérant.
 
Et il explique l’agression du gendarme : "J’ai été pris de panique je n’ai pas pu écouter ce qu’il me disait, j’étais choqué de moi-même".
 
Depuis 2015, il accumule les mentions sur son casier judiciaire : recel, violence sur personne dépositaire d’autorité publique, conduite sans permis, transport d’arme… Il écope de deux ans de prison dont un avec sursis.
 


Commentaires (7)
1. jeanot le 12/01/2019 08:47
il doit etre termine au pipi de rat
2. Ratasse le 12/01/2019 11:50
Menottes aux poignées et aux chevilles, une chaine de 500 kg à vie..... ça devrait le calmer
3. Rhum Quina le 12/01/2019 12:13
" RJ, 23 ans, pieds nus au tribunal... "

Pieds nus... ! Oussa i sorte encore sadlà mon dyé ségnir ?
4. jean rené le 12/01/2019 13:00
malheureusement il va prendre sa peine comme une année de villégiature ... envoye ça casse galets depuis grand matin jusqu'au soir, va enleve à lu ek un bon peu de déchets que notre gentille société produit généreusement avec nos impôts l'envie de recommencer, et de surcroît les prisons ne devraient plus être gratuites , tu casses tu payes
5. Choupette le 12/01/2019 13:24
Il faudra que l'agent de sécurité à l'entrée explique comment ce type a pu pénétrer dans le tribunal avec un couteau ... .

1.Posté par jeanot

Par vous ... ?
6. Ben MONCOLON le 12/01/2019 14:21
Au trou et à coups de pompes dans le cul fissa.
7. Veridik le 13/01/2019 14:03
@5
Ça ne s'est pas passé dans le tribunal mais en dehors...
Nouveau commentaire :