[Alt-Text] [Alt-Text]
Zinfos 974
Quand... retranche... Je Meurs

Le 13/02/2018 | Par Arnaud JOMAIN | Lu 483

Nous sommes des centaines, des milliers,
Grouillant, geignant, dans nos tranchées.
La boue, la terre, nous chaussent.
Le sang, les chairs sont le ciment de la fosse.
Nos visages, ne sont plus que grimaces,
Nos yeux implorent toutes les grâces,
Nos mains s'accrochent à ce qui reste de la vie,
Nos souffles aspirent, espèrent à l'infini,
Quand, retranché, je meurs!
Seul, au milieu des frères, des camarades,
Je supplie, avec eux, que cesse la bombarde.
Seul et pourtant comme les autres, alignés,
"Crotteux", "crapauteux", au bord de la tranchée.
Qu'en est-il du vantard ou du fier à bras,
Rampant, au fond du boyau de ses exploits?
Petit soldat déposé là, en survie,
Grand héros couché ici, sans vie.
Je ne suis qu'un soldat de France,
Vêtu du bleu de mes espérances,
Quand, retranché, je meurs!
Un rat court sur mon soulier droit.
Il vacille sous les bombes, maladroit!
Il cherche, de cet enfer, la sortie,
Innocent, perdu, le pauvre petit.
Voilà! Maintenant, que je plains le rat!
Alors, que je suis, encore plus bas.
Un sifflement, un tremblement, un souffle,
La Terre au Ciel, le Ciel s'enterre, je m'essouffle.
Ma vareuse bleue s'empourpre,
Mon regard s'embourbe,
Mes mains supplient,
Mes jambes se plient.
Plus de jour, plus de nuit,
Même plus de bruit!
Quand, retranché, je meurs!

(en hommage à celles et ceux de la Grande Guerre, en cette année du centenaire de la fin de celle qui devait être "la der des der"! Ne les oublions pas).


Commentaires (11)
1. A mon avis le 13/02/2018 17:49
"La der des der" et "plus jamais ça" ! refrains éternels de notre époque.

Émouvant hommage aux "poilus de la grande guerre".

Mais ce texte paraît bien suranné avec la quantité d'horreurs guerrières qui ont traversé le siècle depuis !
Horreurs qui se perpétuent de nos jours avec des techniques sans cesse plus performantes !
2. L'Ardéchoise le 13/02/2018 17:52
Poignant hommage à ces braves qu'il ne faut pas oublier, c'est pour vous, pour moi et d'autres une évidence.
En sera-t-il de même pour certains lecteurs de ce beau poème, qui fait pourtant froid dans le dos ?
3. L'Ardéchoise le 13/02/2018 20:02
A mon avis, il y a bien d'autres horribles dates dont on honorera sans doute le centenaire, mais nous ne serons pas là pour commenter....
4. Nivet Alain le 13/02/2018 20:53
A mon avis,

La Grande guerre est symbolique des horreurs de la guerre quelle qu'elle soit , tout comme le soldat inconnu sous l'arc de Triomphe . Ce souvenir se veut la reconnaissance du sacrifice des fils de France sous quelque latitude et sous quelque époque. Nous avons un devoir de mémoire à travers le choix de repères.
Il me semble que la notion de symbole vous échappe.

A.N
5. Zarin le 14/02/2018 11:28
Les Croix de bois est un roman publié par Roland Dorgelès en 1919 aux éditions Albin Michel, inspiré de l'expérience vécue par son auteur durant la Première Guerre mondiale.

Wikipédia
6. Nivet Alain le 14/02/2018 12:58
Zarin, la meilleure évocation de la Grande Guerre, et reconnue aussi par "ceux d'en face" est : "Orages d'acier" de Ernst Jünger., allemand comme son nom l'indique.

Cordialement,
A.N.
7. A mon avis le 14/02/2018 14:04
@ 5 Zarin : "Les Croix de bois" en effet, c'est sans doute le meilleur et le plus bouleversant témoignage jamais écrit sur l'horreur de la vie dans les tranchées !
8. A mon avis le 14/02/2018 17:04
@ 6 Nivet Alain :
Excellente précision.
C'est en effet très important de faire remarquer que l'horreur n'avait pas de frontière.
9. A mon avis le 14/02/2018 17:41
@ 4 Nivet Alain
Je ne vois pas en quoi, comme vous l'affirmez, la notion de symbole m'échappe.
Ce poème n'a rien de symbolique. Il est, comme l'indique son auteur, un hommage "à ceux et celles de la Grande guerre"; (d'ailleurs, il serait plus juste de dire "en mémoire de ceux et celles de la Grande guerre", car il ne reste plus de Poilus encore vivants.)

Quant à qualifier, comme vous le faites, une guerre (plus qu'une autre) de symbole des horreurs de la guerre, est à mon sens inapproprié.
En revanche, on peut, à mon sens, qualifier la meurtrière bataille de tranchées comme symbolique de l'horreur de la guerre 14-18.
10. Nivet Alain le 14/02/2018 18:41
9, si vous n'avez aucune notion de la symbolique et de sa place dans l'échelle de nos valeurs.......

A.N.
11. Nivet Alain le 14/02/2018 18:48
9, j'oubliais, ce n'est pas le poème qui est symbolique, mais la période évoquée.

Par ailleurs, nous fêtons cette année le centième anniversaire de l'armistice de la Grande Guerre. Nous allons avoir une année de commémorations diverses. Comme vous le dites en post 1 : c'est suranné ?

A.N.
Nouveau commentaire :