[Alt-Text] [Alt-Text]
Zinfos 974
Que se passe-t-il Monsieur Hulot !

Le 13/05/2019 | Par Marc MARIE, citoyen, point final | Lu 508

Vous avez quitté le gouvernement, ce qui vous permet de vous positionner sur votre mode de vie que nous respectons tous : l’écologie.

Il vous faut comprendre que pour notre jeune président l’écologie ne fait et ne fera jamais parti de ces priorités. Parlez-lui des indices boursiers, là il vous suivra ! Qui lui a permis de prendre le pouvoir ? Certainement pas l’écologie ! D’ailleurs, la transition écologique sera plus que difficile à défendre dans nos pays super industrialisés. Alors, Monsieur HULOT, oui ! Le divorce est bien consommé avec MACRON ! Rien ne le fera changer. Les enjeux écologiques que vous prônez ne seront jamais une priorité dans son gouvernement.

Dans un entretien, vous revenez sur la raison qui vous a poussé à accepter d’intégrer ce gouvernant que vous connaissiez pourtant… Vous saviez pertinemment que l’écologie implique un partage, une générosité, concepts qui ne font pas bon ménage avec l’ultra libéralisme ! Votre insouciance et votre confiance en vous vous ont mis dans une drôle de galère qui ne pouvait que vous amener à trahir et mentir.

Vous avez quitté ce gouvernement de traîtres, ce qui permettra peut-être à une certaine forme d’écologie de revivre, chose qui ne sera jamais possible avec le PS, ce que je déplore profondément.

Vous répondez à Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement… Cela en vaut-il vraiment la peine ? Cette femme nous a déjà démontré son incompétence et sa fourberie par cette petite phrase qui ne peut que nous laisser sans voix quand elle nous annonce, avec une candeur mélangée de cynisme absolu, sa volonté d’ « assumer parfaitement de mentir pour protéger le Président »…

Monsieur Hulot, vous avez raison. Le rôle de l’État c’est de lancer et d’accompagner la transition écologique, mais encore faut-il bien le comprendre ! L’instrument économique que vous mettez en avant gène et surtout risque de plomber le monde de la finance… Il est donc voué à l’échec car nous revenons toujours au même point mort et stérile : « Le fric » !

Parlant des manifestations des gilets jaunes, vous dites : « Il ne faut surtout pas attendre que les marches deviennent violentes ». Je suis entièrement d’accord avec vous, à ceci près, c’est qu’elles le sont déjà et nous avons vu de quel côté se situait la violence. Très peu du côté jaune. Démesurément et honteusement du côté bleu ! Cela doit nous faire très peur et nous pousser à réfléchir. Jusqu’où ira Macron ? Rien ne semble le faire réfléchir ou le dissuader ! D’ailleurs, on peut se demander s’il est vraiment au courant. Il semble plus au courant des faits et gestes de son équipe de foot favorite que de l’état de santé de ce pays qu’il « dirige »…

Sur ces « gilets jaunes », vous restez proche du gouvernant… C’est vraiment difficile à comprendre ! Pour les violences que le mouvement condamne, il est urgent que vous cessiez de vous tromper de cible ! Qui doit assurer le maintient de l’ordre ? Les gilets jaunes ou la police ? Certes, pour se blanchir et pour lécher la main de son maître, il est facile d’attaquer des manifestants innocents, alors même que les véritables casseurs, la police connaît parfaitement.

Monsieur HULOT, lorsque les marches deviennent violentes, il faut réagir par le dialogue. La force et l’abus de pouvoir ne servent à rien et vous le savez bien, je l’espère !… Malheureusement, notre état n’a plus rien de démocratique. Vous nous annoncez sentencieusement que nous serons jugés par l’histoire… Comme toujours, ceux qui paieront, dans l’immédiat, ce seront « les gens qui ne sont rien », « les sans dents », et certainement pas les premiers de cordée. Mais, Monsieur HULOT, je reste certain qu’au final, même si cela doit se faire dans le long, très long terme, vous ne sortirez pas victorieux ni glorifiés (je vous inclus dans le gouvernement que vous avez quitté puisque, somme toute, implicitement vous le soutenez toujours…) de cette période trouble et troublante par son manque d’humanité. L’Histoire jugera. Tout finit toujours par se savoir. Mon petit conseil : vous devriez vous assurer d’être du bon côté de la balance…


Commentaires (2)
1. République le 13/05/2019 15:25
On n’approche pas la réalité du débat politique par des questions fallacieuses, rien que pour se faire plaisir et surtout trouver des réponses directes que l’on croit satisfaisantes et capables de mettre fin au débat, et surtout rassurer son propre camp. Rien ne sert de réaligner les questions en pensant aux réponses toutes faites pour se donner l’illusion de comprendre et de décrire des situations complexes… en quelque sorte poser des questions qui appellent des réponses immédiates liées à une tactique politique (c’est d’ailleurs l’ambiance générale du moment, et dans tous les camps d’ailleurs !). Ce n’est qu’un complexe tricotage de mensonges et de vérités, quelles que soient les teintes à contre-jour qu’on y apporte.
2. le kiré totocheur de la pointe du diable, lé + cathodix que catholix? le 14/05/2019 16:04
Il n'est qu'un opportuniste......
Nouveau commentaire :