[Alt-Text] [Alt-Text]
Zinfos 974
(Vidéo) Piton de la Fournaise: Impressionnantes images tournées à quelques mètres de la lave qui avance

Le 13/08/2019 | Par Pierrot Dupuy | Lu 12409

Pas question pour nous de vous inciter à imiter Brieuc Coessens, qui a filmé ce soir l'avancée du front de lave.

Brieuc Coessens est un professionnel qui sait mesurer les risques. N'oubliez pas que l'accès aux coulées est interdit et que vous prenez des risques énormes à vous approcher aussi près de la lave.

Mais comment résister au plaisir de vous offrir ces images extraordinaires, tournées à quelques mètres de la roche en fusion qui avance inexorablement, effaçant tout sur son passage. Dévorant les arbres et arbustes comme un ogre insatiable.

Grâce à Brieuc Coessens, vous pourrez vivre cette aventure comme si vous y étiez, tout en étant confortablement assis, à l'abri de tout risque.

En laissant voguer votre imagination, vous pourrez peut-être même ressentir la chaleur de la lave sur votre visage...

Ci-dessous le texte qui accompagne les images, que Bruno Coessens a publié sur sa page Facebook :

"L'envie de faire un selfie tout crade avec un téléphone pour frimer sur les réseaux, le besoin de sécher rapidement l'intégralité des vêtements que l'on porte, de se réchauffer, d'assouvir un besoin sans fin d'émerveillement et de découvertes, ou simplement l'envie de vivre la Terre au plus près ?

S'il ne dure pas plus d'une vingtaine de minutes, le temps de ma (notre) présence à cet endroit est celui d'un engagement et d'une conscience au temps présent qui sont maximum à chaque seconde.

Mais quand vous êtes là, là précisément où certains voient chaos, danger et destructions, vous pouvez respirer, sentir, vibrer, et vous imprégner d'une énergie éternelle qui est celle de la Terre qui vit, paisiblement, bien indifférente à nos égos de petits hommes insignifiants et à nos questionnements climato-crado-matérialo-aliénés. Nous sommes constitués d'eau et de minéraux ; dès lors, finalement, nous faisons corps avec la lave, nous faisons corps avec la Terre... Pourtant celle-ci, souvent, doit bien ricaner de ce vilain cancer que nous formons pour elle. Mais "rira bien qui rira le dernier"... Nous ne sommes rien. Voilà la raison des ces images
".


 



Commentaires (11)
1. Djo le 14/08/2019 06:00
Spectacle Oui mais en haut et pas pour tout le monde en espérant que ca va pas traverser la route pensez au St rosiens qui travaillent dans le sud
2. TICOQ le 14/08/2019 08:04
Nul doute que quelques inconscients iront braver l'interdit pour en faire autant que Bruno Coessens. Cela dit, quel intérêt de se taper des heures d'embouteillage pour voir la lave mettre le feu à la végétation ?
3. Bof le 14/08/2019 08:35
Pas vraiment de quoi en faire un plat ces images.
4. MARIE le 14/08/2019 08:45
Celon ies statistique un jour il y aura un accident a deplorer et ce genre de photo ne peut qu'inciter les personnes a transgresser la loi
5. pipo le 14/08/2019 10:59
photos inutiles à mon goût!
6. Cath le 14/08/2019 12:50
de l'inutilité des choses: à quoi sert le vent? à quoi servent les vagues? à quoi servent les laves d'un volcan qui s'écoulent sur une forêt? à quoi sert de filmer cette nature en mouvement?
à nous émouvoir tout simplement
merci Brieuc pour ces images qui nous touchent à 10000 km
7. Attention quand mëme le 14/08/2019 12:58
La fascination ou " captivation " est aussi la1ère cause de problème dans la nature. Sur mer, air et terre. Bon là on ne sait pas mais foulages de chevilles, chutes etc. possibles. Une bonne vision périphérique est nécessaire, le focus est nuisible.
8. Qui a profité est complice malgré lui même si on n''aime pas moi avec le 14/08/2019 14:39
ok la nature c''est une évidence est violée et exploitée à outrance. mais nos corps sont aussi le résultat de ce qu''on a mangè sans le chasser nous-mêmes, la caméra le produit d''industrie, et nous ne saurions vivre dans la nature qu''en rêve.
9. Zarin le 14/08/2019 15:07
Nous avons besoin de jouer avec la peur

Qu’est-ce qui nous fascine dans l’attente du drame, et fait de nous des « piromanes », pour reprendre l’une de vos expressions ?

C’est le besoin de jouer avec la peur, de la convoquer tout en l’exorcisant. Imaginer le pire est une façon de l’apprivoiser, de la conjurer. Il y a aussi une jouissance à se faire peur, sachant que le danger n’est pas immédiat, ne nous touche pas personnellement. C’est un jeu où notre esprit fonctionne comme un romancier, un réalisateur de films catastrophe. Et qui nous sert à chasser des angoisses plus profondes. En élaborant des scénarios sans fin, nous nous occupons l’esprit.

psychologies magazine
10. shanandoah le 14/08/2019 17:13
Katia et Maurice Kraft était aussi
de grands professionnel élas
11. Gramoune le 14/08/2019 18:50
Comme dit @PIPO, photos inutiles, surtout que PRESQUE TOUTES SONT FLOUES. J'attendais mieux
d'un SPÉCIALISTE PHOTO...
Nouveau commentaire :